#CherePoitrine, ou quand les femmes se libèrent sur Twitter

#CherePoitrine, ce hashtag est apparu récemment sur les réseaux sociaux et a été utilisé par plusieurs femmes pour témoigner et parler de leur poitrine. C’est la blogueuse sexo Masha Sexplique qui a en fait lancé ce mouvement en demandant aux femmes de partager ce qu’elles ressentent vis-à-vis de leur poitrine, de leurs seins, ou encore de leur torse. Dans son post sur Twitter, Masha indique qu’il est important de parler de cette partie du corps qui peut être la source de sentiments divers.

Ainsi, depuis le 29 juin, le jour où le hashtag a été créé, des milliers de femmes ont accepté de prendre part au mouvement. De nombreux messages ont ainsi été postés, parfois accompagnés d’images ou encore d’illustrations, mais en général montrant ce qu’une femme ressent au plus profond d’elle-même par rapport à ses seins.

Le buste d'une femme

Photo de Sharon McCutcheon – Unsplash

D’après Masha, qui a d’ailleurs été parmi les créateurs du hashtag #monpostpartum, ce qui l’a poussée à lancer ce mouvement, ce sont tous les messages qu’elle a reçus montrant le complexe éprouvé par certaines femmes par rapport à leur poitrine.

Des témoignages poignants

D’après ce que l’on peut voir des publications des femmes participant au mouvement #CherePoitrine, beaucoup ont commencé par ne voir que les imperfections de cette partie de leur corps. Toutefois, avec du recul, elles ont fini par arrêter de se torturer et ont commencé à aimer et à être fières de leur poitrine. D’autres au contraire parlent du changement qu’elles ont subi au niveau de leurs seins pour différentes raisons, comme l’allaitement ou encore une opération chirurgicale.

Parmi les témoignages, on trouve aussi ceux qui sont rédigés par des personnes non-binaires qui racontent comment le fait d’avoir des seins peut parfois les faire souffrir. En tout cas, le hashtag est pour la majorité des personnes ayant participé au mouvement un moyen de se réconcilier en quelque sorte avec cette partie de leur corps qui n’est pas toujours parfaite.

À lire aussi : L’histoire de Mary Mallon, la femme qui a passé presque toute sa vie en quarantaine

Un changement au niveau de la perception

Masha explique que c’est parfois dur pour les femmes de savoir que leurs seins ne correspondent pas toujours à la « norme » imposée par la société. Il est ainsi difficile d’arriver à vraiment apprécier son torse lorsque celui-ci ne semble pas suivre les standards de beauté actuels. Beaucoup de femmes pensent que leurs seins ne sont pas normaux puisqu’ils ne ressemblent pas à ce que l’on voit d’habitude dans les médias ou dans la pornographie.

Selon Masha, le hashtag #CherePoitrine est un « symbole fort de réappropriation ». Comme la poitrine d’une femme est généralement utilisée par la société pour la juger, ce mouvement est en quelque sorte un moyen de « reprendre le pouvoir sur les perceptions » que les gens ont des seins. Le hashtag permet de montrer qu’il existe plusieurs types de poitrines, et pas seulement celles considérées comme correspondant à la « norme ».

Plus concrètement, Masha explique que les femmes voudraient par exemple des modèles dans les magasins qui ressembleraient vraiment à ce qu’est une femme, ainsi que des tailles de vêtements incluant toutes les morphologies.

En tout cas, espérons que ce mouvement apportera réellement des changements au niveau de la mentalité et de la perception pour que plus aucune femme ne se sente obligée de se soumettre à des « normes » qui ne reposent en fait sur rien.

À lire aussi : Quand Instagram tente de bannir une femme souffrant d’un cancer du sein en phase 3

Mots-clés twitter