Chers YouTubeurs, évitez de braquer des gens dans la rue avec de fausses armes (sauf si vous aimez la garde à vue)

Devenir « influenceur », voilà le rêve de nombreux Youtubeurs et d’utilisateurs des réseaux sociaux. Et certains sont prêts à tenter presque n’importe quoi pour y parvenir. C’est le cas par exemple de ces deux jeunes Nancéens de 19 et 20 ans qui ont eu la brillante idée de piéger des passants en les braquant avec une arme factice.

Ils avaient l’intention de filmer la scène et de la publier ensuite sur YouTube, histoire de faire un maximum de vue.

Facepalm

Crédits Pixabay

Malheureusement pour eux tout ne s’est pas passé comme prévu, et ils ont fini en garde à vue.

Des Youtubeurs qui finissent au commissariat

Les faits se sont déroulés dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 septembre, à Nancy. Les deux jeunes gens ont menacé des passants avec une arme factice et ont filmé la scène pour pouvoir la mettre en ligne sur YouTube, rapporte L’Est Républicain. Ils voulaient ainsi cartonner sur YouTube. Mais malheureusement les choses ne se sont pas passées comme ils l’avaient prévu. Ils avaient clairement sous-estimé la peur que leur mise en scène provoquerait chez leurs victimes.

En effet, la plaisanterie a mal tourné quand une victime effrayée a appelé la police.

Les policiers ont débarqué sur les lieux et arrêté les jeunes gens pour les placer en garde à vue. Les vidéastes amateurs comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Nancy le 30 avril prochain. Ils sont poursuivis pour avoir menacé des passants avec une arme factice.

Un canular de très mauvais goût

Pour mettre en scène leur vidéo, les deux Youtubeurs se sont arrêtés dans une rue de Nancy tandis que leur fausse arme était dissimulée dans un sac qu’ils ont laissé au sol. Et lorsque quatre passants se sont approchés, l’un d’eux a commencé à filmer avec son téléphone portable et l’autre, encagoulé, a pris l’arme pour braquer le groupe de passants. Une jeune femme prise de panique a alors appelé la police pour signaler le braquage.

Les vidéastes amateurs ont tenté d’expliquer à la police qu’il s’agissait juste qu’un canular, mais ils ont tout de même été arrêtés pour « violences aggravées ». La victime a décidé de porter plainte et a reçu un jour d’ITT.

Quant aux deux Youtubeurs, celui qui tenait l’arme est poursuivi pour des faits de dissimulation de visage dans un espace public et pour guet-apens. Son compère qui filmait le canular est lui poursuivi pour complicité.

Mots-clés youtube