Chez Amazon, ce sont les algorithmes qui se chargent de licencier les livreurs

Amazon utilise un algorithme pour la gestion des livreurs de son service Flex. Le programme serait autonome dans la décision de licencier ou non des travailleurs.

Le géant du commerce en ligne a lancé Flex en 2015. Il s’agit d’une initiative visant à améliorer la gestion des livraisons de son service Prime Now. Aujourd’hui, Amazon Flex se charge également des livraisons des commandes de Whole Foods Market. Pendant la pandémie, le service est devenu une pièce essentielle de la branche logistique d’Amazon. Toutefois, un nouveau rapport de Bloomberg pointe du doigt la manière dont la firme de Jeff Bezos gère les livreurs de son service Flex.

Un entrepôt Amazon
Crédits Unsplash

Selon cette agence de presse new-yorkaise, des millions de travailleurs indépendants à travers le monde sont à la merci d’un algorithme que certains jugent problématique. L’article de Bloomberg décrit de graves problèmes qui entrainent la suppression abusive des comptes, et donc le renvoi des travailleurs.

Un système opaque selon les victimes

L’algorithme de Flex s’occupe des embauches, des rapports de performance et des licenciements – avec une intervention humaine minimale. À noter que les livreurs ne sont pas des employés d’Amazon. Il s’agit de particuliers travaillant à la tâche. Ils se servent d’une application pour s’inscrire et connaître les points de livraison. L’application leur permet également de signaler d’éventuels problèmes.

Les livreurs sont évalués suivant plusieurs variables, dont la ponctualité, l’emplacement du colis déposé et la capacité à répondre aux demandes des clients. La notation comprend quatre niveaux : fantastique, excellent, correct et risqué. Chaque livreur du programme Flex peut ainsi connaître son score au moyen de l’application dédiée.

L’algorithme de gestion suivrait les travailleurs en fonction de leurs performances. Le programme informatique déciderait de lui-même de fermer les comptes de ceux qui ont les plus mauvaises notes. Les témoignages collectés par Bloomberg et les discussions publiées sur des forums en ligne parlent d’un système opaque. Les raisons avancées par Amazon ne correspondraient pas toujours au véritable motif du licenciement, précise l’agence de presse basée à New York.

A lire aussi : Ne faites pas trop confiance aux avis Amazon

Amazon en contestation

Le géant de la vente en ligne réfute l’idée que les livreurs ont été injustement traités. « Nous avons beaucoup investi dans la technologie et les ressources pour offrir aux livreurs une visibilité sur leur statut et leur éligibilité à continuer à livrer, et enquêter sur tous les appels des travailleurs », a expliqué une porte-parole d’Amazon à Bloomberg.

Par ailleurs, les livreurs Flex ont la possibilité de contester la fermeture de leur compte. Cependant, ils doivent débourser 200 dollars pour la procédure.

Le fait qu’Amazon soit accusé d’utiliser un algorithme peu scrupuleux pour gérer ses collaborateurs n’est pas nouveau. Le site d’information The Verge évoquait en 2019 un algorithme permettant de suivre la productivité des employés dans les entrepôts de la société.

Mots-clés amazon