Chez Amazon, ce sont parfois les algorithmes qui vous licencient

Si l’on en croit des documents obtenus et publiés par The Verge, le géant du e-commerce déploie des algorithmes pour procéder aux licenciements. En effet, dans les entrepôts d’expédition d’Amazon, les salariés sont sous pression. Ils doivent suivre, emballer, trier et expédier 240 paquets par heure. Leur productivité est surveillée et notée automatiquement. S’ils ne parviennent pas à assurer le ratio, ils sont systématiquement congédiés.

La nouvelle affaire a fait surface après qu’un ex-salarié de l’entrepôt de Baltimore ait déposé une plainte auprès du National Labor Relations Board. Il prétendait que la société l’a congédié « pour avoir exercé une activité légalement protégée ». La firme a répliqué en notant que le licenciement a eu lieu pour des raisons de productivité.

Licenciement

Crédits Pixabay

Un porte-parole d’Amazon a confirmé qu’il s’agit d’un fait courant dans l’entreprise. Chaque année, dix pour cent des employés seraient licenciés pour la même raison.

Supervisés par des machines et traités comme des robots

Le porte-parole a noté que le centre logistique de Baltimore enregistre actuellement près de deux mille cinq cents employés à temps plein. Entre août 2017 et septembre 2018, trois cents d’entre eux auraient été licenciés pour inefficacité. « Amazon licencie régulièrement les associés des centres de traitement des commandes parce qu’ils ne respectent pas à plusieurs reprises les taux de productivité normalisés », a déclaré l’avocat de la firme.

Le système prend également note du « temps libre » que s’accorde chaque employé. En outre, si le travailleur met trop de temps à scanner les paquets, il risque d’avoir un avertissement, voire de recevoir une lettre de licenciement générée automatiquement. Certains employés ont témoigné qu’ils sautaient les pauses-toilettes pour maintenir la cadence.

« Vous avez toujours derrière vous quelqu’un qui est prêt à accepter votre poste », a relaté Stacy Mitchell, codirectrice de l’Institute for Local Self-Reliance.

Une métrique de productivité exclusive

Ainsi, la firme de Jeff Bezos a reconnu avoir développé « une métrique de productivité exclusive » afin d’assurer la qualité et la quantité du travail effectué. L’algorithme serait basé sur des critères objectifs.

« Le système d’Amazon suit les taux de productivité de chaque associé et génère automatiquement tous les avertissements ou cessations concernant la qualité ou la productivité sans la participation des superviseurs », a souligné la firme dans une lettre adressée au conseil d’administration.

Selon le porte-parole de la firme, « le nombre de licenciements d’employés a diminué au cours des deux dernières années dans cette usine ainsi qu’en Amérique du Nord.» Lorsque plus de 75% des travailleurs d’une usine atteignent la norme exigée, 5% des travailleurs les moins performants ont droit à un plan de formation.

Mots-clés amazonemploi