Chez les babouins, les femelles refusent de s’accoupler de peur de contracter une IST

Dans certains cas, les comportements des animaux peuvent s’apparenter à ceux des hommes quand il s’agit de leur santé. Justement, des scientifiques du German Primate Centre (DPZ) ou Leibniz Institute for Primate Research ont observé des babouins qui se trouvent dans le parc national du lac Manyara en Tanzanie. Le comportement d’accouplement du primate était l’objet de cette étude, et les faits sont assez surprenants.

En effet, les scientifiques ont trouvé que les babouins femelles évitent de s’accoupler si leur partenaire sexuel ou elle-même est atteint d’une maladie sexuellement transmissible. Un groupe de chercheurs a donc mené une étude sur une population de primates pour expliquer ce comportement.

Crédits Pixabay

D’après les résultats, le chercheur Dietmar Zinner conclut que « le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible peut entraîner des changements de comportement individuels qui pourraient modifier le choix du partenaire et potentiellement réduire le degré de promiscuité dans une population de primates non humains ».

Des femelles très consciencieuses en matière de santé de la reproduction

Pour cette recherche, les sujets d’étude étaient des babouins des oliviers vivant dans un des parcs nationaux de la Tanzanie. Mais on retrouve également ces babouins au Mali en Afrique de l’Ouest, en Éthiopie et au Kenya en Afrique de l’Est.

Les travaux ont été dirigés par Dietmar Zinner et Sascha Knauf du DPZ. Ils ont observé 170 babouins infectés par le Treponema pallidum , le vecteur de la syphilis, sur une période de 18 mois.

Par rapport à l’accouplement; dans la majorité des cas, les mâles se rapprochent des femelles en premier. Or, d’après les constats, ce sont ces femelles qui éviteraient de s’accoupler lorsque la femelle elle-même ou le mâle présentait des signes très visibles d’infection.

Une maladie qui est également présente chez l’être humain

Les babouins malades sont facilement reconnaissables, car on peut observer des signes de la maladie au niveau de leurs appareils génitaux. Précisément, c’est la sous-espèce pertenue de Treponema pallidum qui provoque des lésions dans la région génitale des babouins, entraînant des anomalies de ses organes génitaux au fur et à mesure que la maladie évolue.

Par ailleurs, Treponema pertenue est l’agent pathogène causant le pian chez l’être humain. Cette maladie fait l’objet d’une campagne de l’OMS pour l’éradiquer d’ici 2030.

Mots-clés biologieéthologie