Désolé, mais votre chien ne parlera jamais votre langue

Les chiens figurent parmi les animaux domestiques les plus intelligents. Certains chiens biens dressés sont même capables d’obéir à des ordres spécifiques. Une nouvelle étude a cependant révélé que même le plus intelligent des chiens a encore des problèmes avec les mots. En effet, si des mots diffèrent par un seul son, le cerveau des chiens ne peut les distinguer.

Selon les scientifiques, cette particularité rend les chiens assez similaires aux nourrissons humains, la seule différence étant que les bébés commencent à comprendre, entre leur 14ème et leur 20ème mois, que chaque son dans un mot a son importance. Ainsi, les enfants humains peuvent améliorer leur vocabulaire au fur et à mesure qu’ils grandissent.

Crédits Pixabay

Contrairement aux nourrissons, les chiens ne pourront jamais faire ces distinctions, c’est ce qu’ont déclaré les chercheurs derrière cette nouvelle étude.

Le déroulement de l’expérience

Au cours de leurs travaux, les scientifiques ont étudié les ondes cérébrales de 17 chiens grâce à l’électroencéphalographie ou EEG. C’est la première fois que l’on a utilisé cette méthode sur des chiens éveillés et qui n’ont pas suivi de formation particulière.

Les chiens étaient accompagnés de leur propriétaire et ont été installés sur un matelas pendant la durée de l’expérience. Les chercheurs ont placé des électrodes sur leur tête grâce à des rubans adhésifs. Ensuite, ils leur ont fait écouter des mots préenregistrés (en anglais) qu’ils connaissaient déjà comme « sit » par exemple. Les chiens ont également écouté des mots insignifiants qui sonnaient de façon similaire comme « sut » et d’autres mots très différents tels que « bep ».

Des réactions qui diffèrent selon les mots

Lors de l’expérimentation, les chercheurs ont remarqué que le cerveau des chiens pouvait bien distinguer les mots qu’il connaissait  déjà, par exemple « sit », des autres mots qui sonnaient différemment tels que « bep ». Par contre, les chiens semblaient ne faire aucune différence entre les mots qu’ils connaissaient et les mots insignifiants qui ne différaient que par un seul son, par exemple « sit » et « sut ».

Selon les scientifiques, les chiens sont bien capables d’entendre tous les sons. D’ailleurs, de précédentes recherches ont montré que ces animaux pouvaient distinguer les différents sons comme « d », « o » et « g ». Les auteurs ont toutefois indiqué que les chiens pouvaient avoir des « préjugés d’attention et de traitement », ce qui pourrait expliquer le fait qu’ils ne peuvent gérer tous les sons contenus dans un mot.

Pour pouvoir confirmer ces résultats, les scientifiques ont déclaré que d’autres recherches impliquant davantage de participants et plus d’essais de mots sont nécessaires.

Les résultats de l’étude ont été publiés le 8 décembre dernier dans la revue Royal Society Open Science.