La Chine a allumé son soleil artificiel et on est toujours vivants pour en parler

Le vendredi 4 décembre dernier, la Chine a réussi avec succès la toute première activation du réacteur HL-2M Tokamak. Il s’agit d’un réacteur à fusion nucléaire, surnommé le « soleil artificiel », que le pays a créé dans le but de satisfaire ses ambitions en termes d’énergies pour les années à venir.

Sur le plan international, cette réalisation scientifique est vue comme une étape importante dans le cadre d’un effort mondial visant à développer des formes d’énergie nucléaire « plus sûres et plus propres ». D’après le Quotidien du Peuple, cette technologie de fusion nucléaire n’a pas seulement été développée pour répondre aux besoins énergétiques de la Chine mais elle est également d’une importance capitale pour le développement durable du secteur énergétique du pays ainsi que de l’économie nationale.

Crédits Pixabay

Selon les informations, l’expérience s’est déroulée avec succès et les responsables n’ont fait état d’aucun problème particulier en rapport avec le « soleil artificiel ».

Plus chaud que le soleil ?

L’énergie générée par le réacteur est obtenue grâce à l’application de champs magnétiques très puissants à une boucle confinée de plasma chaud. Celle-ci a une température pouvant dépasser les 150 millions de degré Celsius, ce qui est 10 fois plus chaud que le cœur même du Soleil ! Cependant, la présence de plusieurs aimants et la technologie de super-refroidissement arrivent à la contenir.

Pour arriver à ce résultat, la Chine a travaillé en collaboration avec des dizaines de pays utilisant l’énergie nucléaire par le biais du projet ITER ou International Thermonuclear Experimental Reactor. Le développement d’une forme de fusion nucléaire utilisant le même concept est le but de ce projet.

Indépendamment de cette collaboration avec la Chine,  ITER développe également son propre réacteur en France. Celui-ci est prévu être terminé en 2025.

A lire aussi : La Chine sur le point d’allumer son soleil artificiel

La fusion, une technologie convoitée depuis des années

Cela fait maintenant plusieurs décennies que les scientifiques essaient de perfectionner la fusion nucléaire. Cette technologie est assez particulière puisque le processus de production d’énergie qui fusionne les noyaux des atomes n’engendre quasiment pas de déchets nucléaires.

Ainsi, contrairement à la fission, qui est utilisée dans les armes et les centrales nucléaires, la fusion est plus propre. La fission est plus facile à produire mais les déchets nucléaires résultants sont par contre considérables.

A cause de son coût élevé, l’accès à la technologie de la fusion reste pour le moment assez difficile. Toutefois, le succès du récent test effectué par la Chine permettra sûrement aux scientifiques de trouver des moyens pour abaisser les coûts.

s https://globalnews.ca/news/7505850/china-artificial-sun/

Mots-clés chine