Chine : c’est un robot baptisé “Little Peanut” qui livre la nourriture des personnes mises en quarantaine après avoir été exposé au 2019-nCoV

L’infection au Coronavirus 2019-nCOV, originaire de la Chine et dont l’épicentre se trouve à Wuhan, ne cesse d’alarmer la planète. Selon les dernières informations, quatre cas ont déjà été confirmés en France et des cas suspects ont récemment été recensés en Côte d’Ivoire et sur l’île Maurice.

À Hangzhou, en Chine, 335 personnes ont été mises en quarantaine dans un hôtel faisant 16 étages. En effet, deux passagers parmi ce lot ont eu de la fièvre durant un vol faisant la liaison entre Hangzou et Singapour. Et fait assez peu commun, c’est un robot baptisé « Little Peanut » qui fait le service et apporte les repas à ces personnes consignées.

Crédits Pixabay

Pour s’acquitter de cette tâche, plusieurs robots de ce genre ont donc été enrôlés, selon Business Insider, qui a partagé ces informations.

Little Peanut, un robot très sympathique et courtois en prime

Les autorités chinoises veulent avant tout prévenir tout risque de contagion, en limitant le contact humain au minimum, en attendant de voir si les personnes mises en quarantaine sont infectées ou non.

Et c’est là que « Little Peanut » entre en jeu. On peut d’ailleurs le voir à l’œuvre dans une vidéo partagée par China Xinhua News sur Twitter.

Dans la vidéo, on voit le robot communiquer avec les gens en leur disant bonjour puis en leur annonçant qu’il leur apporte de la nourriture. Ce robot s’avère aussi être très courtois et aux petits soins pour les personnes qu’il sert. En effet, après le service, il leur souhaite même « bon appétit » et invite les résidents à signaler sur WeChat s’ils ont besoin d’autre chose.

Un moyen peu commode de limiter la propagation du virus

Les robots tels que « Little Peanut » permettent d’éviter tout contact humain avec les personnes placées en quarantaine. De ce fait, la propagation du 2019-nCOV, qui a déjà fait 132 morts en Chine et infecté 6 000 personnes à travers le monde, peut être, dans un certain sens, limitée.

Les vaccins contre ce virus n’existent pas encore et ce dernier se propage très facilement, en plus de pouvoir muter. De ce fait, des mesures doivent être prises afin de contrôler sa propagation. Notons qu’en dehors de la Chine, ce redoutable virus a déjà touché 16 autres pays, parmi lesquels la France, Singapour, l’Australie ou les États-Unis.

Mots-clés 2019-nCoVsanté