Chine : des drones espions plus vrais que nature

La Chine emploie une nouvelle technologie de surveillance robotisée pour espionner la population. Il s’agit de drones en forme de colombe. Les autorités chinoises ont déjà déployé ces drones dans la région du Xinjiang, situé dans la partie nord-ouest de la Chine.

Selon des sources proches du gouvernement, ces drones de surveillance en forme d’oiseaux ne datent pas d’hier.

Les responsables ont déclaré au South China Morning Post que plus de trente agences gouvernementales et militaires ont déjà utilisé cette méthode de surveillance dans au moins cinq provinces au cours de ces dernières années. Chaque drone est doté d’ailes battantes et est équipé d’une petite caméra qui transmet les images aux contrôleurs.

Selon les sources, le gouvernement chinois utiliserait ces drones pour surveiller la population musulmane qu’il considère comme des séparatistes.

Contrôler les activités de la population à risque

Ce programme de surveillance par drones porte le nom de Dove. Il est dirigé par Song Bifeng, un professeur à la Northwestern Polytechnical University de Xian situé dans la capitale de la province du Shaanxi, au nord-ouest de la Chine.

Actuellement, ce programme n’est encore déployé qu’à petite échelle, mais il pourrait bientôt être étendu dans les domaines civil et militaire.

La Chine compte effectuer le plus de surveillance possible sur la zone ouest de son territoire où se trouvent le Kazakhstan, la Russie et la Mongolie, ce qui représente une importance population musulmane qui sont, aux yeux du gouvernement chinois, des foyers de séparatistes.

Les Américains prennent les devants

Ces drones-espions font 50 centimètres de longueur et peuvent voler à une vitesse de 40km/h durant 30 minutes au maximum. Chaque drone pèse 200 grammes et embarque des caméras, des antennes GPS, des systèmes de contrôle de vol et des antennes de liaison de données qui permettent de commander le drone à distance.

Une paire de rotors à manivelle effectue le mouvement d’ailes de haut en bas et un logiciel stabilise le flux vidéo de la caméra.

Avant de déployer ces drones dans la région nord-ouest de la Chine, l’équipe de recherche a d’abord effectué près de 2000 vols d’essai. Il s’est avéré que la majorité des gens ont confondu ces oiseaux drones avec de vrais oiseaux.

Toutefois, les scientifiques de l’université d’Oxford conçoivent déjà des drones faucons pour l’US Air Force dans le but d’intercepter les colombes drones qui pourraient se faufiler dans l’espace aérien des Etats-Unis.