En Chine, 1500 drones ont formé un QR Code pour permettre aux gens de télécharger un jeu

La Chine a été le théâtre d’un étrange ballet aérien récemment. BiliBili a en effet fait voler dans le ciel nocturne de Shanghaï 1 500 drones pour former un QR Code et permettre aux spectateurs de… télécharger un jeu sur leur smartphone.

L’opération a été organisée à Shanghaï, et plus précisément au-dessus de l’un des boulevards historiques de la ville.

Image par 756crystal de Pixabay
Image par 756crystal de Pixabay 

Pendant plusieurs minutes, des drones se sont agités au-dessus des spectateurs afin de former un QR Code suffisamment précis pour pouvoir être scanné par la caméra d’un smartphone.

1 500 drones pour former un QR Code

Le QR Code en question renvoyait vers un site web permettant de télécharger le titre Princess Connect Re : Dive disponible depuis l’année dernière dans l’Empire du Milieu.

Ce RPG né au Japon est encore peu connu en Occident. Il se focalise sur l’histoire de Yuki, une héroïne qui va se réveiller dans un monde inconnu sans le moindre souvenir et qui va croiser la route de camarades avec lesquelles elle va former la Guilde des Gourmets.

Une fois arrivés sur ce fameux site, les spectateurs pouvaient accéder à des contenus relatifs au titre, mais aussi à un bouton pour le télécharger sur leur smartphone. Les drones ont ensuite formé diverses figures calquées sur les personnages du jeu.

Un ballet aérien extrêmement précis

Organisée par la plateforme BiliBili, l’opération a rencontré un vif succès auprès des habitants de la ville. Comme le rappelle le site DroneDJ, ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la plateforme fait appel à ces motifs distinctifs pour faire la promotion de ses produits.

L’année dernière, lorsque Princess Connect Re : Dive est sorti en Chine, elle avait installé un QR Code sur la façade de ses bureaux afin de le promouvoir auprès des Chinois. Une fois encore, la campagne avait fait beaucoup de bruit. Reste que cette nouvelle opération est bien plus impressionnante que la précédente.

Faire voler et coordonner 1 500 drones n’a rien de facile.