Chine : La vente de véhicules fonctionnant aux énergies alternatives a du plomb dans l’aile

Même si elle occupe toujours le premier rang mondial du marché de l’automobile, la Chine connait aujourd’hui des difficultés dans la vente de véhicules. Ce problème existe depuis quelques années, mais la chute est particulièrement alarmante pour les véhicules fonctionnant aux énergies alternatives (NEV).

L’association chinoise des constructeurs a déclaré à cet effet, une diminution de 34,2%, comparée au niveau de l’année dernière, de la vente des NEV. Ce qui comprend à la fois les véhicules électriques, hybrides ou encore à hydrogène.

Crédits Pixabay

La principale cause de cette chute des ventes est, selon les analystes, l’aménagement des subventions par le gouvernement, annoncé au mois de mars.

Une hausse de la production des véhicules de mauvaise qualité

Si la raison même de l’existence des subventions gouvernementales était de développer la vente des NEV dans toute la Chine, les subventions (qui concernent à la fois les constructeurs et les consommateurs) semblent avoir des effets plutôt inquiétants quant à la qualité des produits.

Les aides gouvernementales ont en effet, entraîné une explosion de la production de véhicule à bas prix et d’une certaine manière, de mauvaise qualité.

Ce qui explique la réduction des subventions gouvernementales dans le but d’encourager la production de véhicules de qualité à moindre prix.

En 2017, le montant des aides gouvernementaux s’élevait à environ 3,1 milliards de dollars et dont les principaux bénéficiaires sont les 2 plus grands constructeurs chinois : Yutong, le premier fabricant de voitures électriques, et BYD, entreprise spécialisée dans la construction d’autobus.

Un déclin qui a de multiples causes

Le changement du régime des subventions gouvernementales n’est pas la seule cause du freinage de la vente des véhicules fonctionnant aux énergies alternatives.

On assiste également à un manque de confiance des consommateurs envers les distributeurs. Cette attitude est en grande partie due à la qualité reprochable des produits.

Enfin, le désaccord commercial entre la Chine et les États-Unis constitue également une autre raison de la chute des ventes en général.

La baisse de ces aides gouvernementale a certes entraîné des pertes pour certaines entreprises du secteur automobile chinois. Mais le problème risque de s’aggraver avec bon nombre d’autres qui risquent de fermer leurs portes.

Mais même si beaucoup d’entreprises chinoises vont se retrouver en faillite ou en situation de perte, cette période de difficulté devrait conduire à une consolidation du marché des NEV selon les spécialistes.