La Chine a lancé un satellite pour préparer l’exploration de la face cachée de la Lune

La Chine a procédé en début de semaine au lancement d’un nouveau satellite de communication. Il aura pour but de préparer les futures missions d’exploration menées sur la face cachée de la Lune.

L’appareil a quitté la surface du globe dans la nuit de dimanche à lundi. L’opération a été menée à partir de la base de Xichang et par le biais d’une fusée Longue Marche-4C. Le satellite est actuellement en train de poursuivre sa route dans l’espace, filant à vive allure en direction de notre seul et unique satellite naturel.

Zhang Lihua, le responsable du projet, s’est félicité de ce lancement et il a également tenu à rappeler que ce satellite occupera une place centrale dans les futures missions lunaires menées par la Chine.

La Chine a envoyé un nouveau satellite de communication en direction de la Lune

Queqiao aura en effet pour but de servir de relais de communications et l’appareil permettra ainsi à l’agence spatiale chinoise de maintenir le lien avec son futur robot d’exploration lunaire.

Relativement compact, le satellite pèse environ 425 kg et il utilise la plateforme CAST-100, une plateforme élaborée la CAST et donc par l’Académie chinoise de technologie spatiale. Stabilisé sur trois axes, l’appareil est raccordé à des panneaux solaires et il embarque quatre moteurs fonctionnant à l’hydrazine et capables de délivrer une poussée maximale de 130 Newtons.

Queqiao embarque également un émetteur-réception radio fonctionnant sur quatre canaux en bande X et il sera ainsi capable de se connecter aux appareils posés sur le sol lunaire avec un débit maximal de 256 Kb/s. Derrière, un module utilisant un canal en bande S se chargera de transmettre toutes les données vers la Terre, avec cette fois un débit atteignant les 2 Gb/s.

Un relais pour faciliter les missions futures

Queqiao sera placé au point de Lagrange L2 et il fera office de relais entre les équipes au sol et les futurs appareils chinois déployés sur le sol lunaire. Pour l’accompagner, les autorités chinoises ont placé deux mini-satellites dans la fusée, des satellites dont l’objectif principal sera de réaliser une expérience d’interférométrie.

Si la Chine a procédé à ce lancement, ce n’est pas uniquement pour la beauté de la chose. À terme, l’agence spatiale chinoise compte en effet envoyer sur la face cachée de la Lune un robot d’exploration. Si cette partie de notre satellite a été maintes et maintes fois photographiée depuis la fin des années 50, aucun gouvernement n’a encore entrepris de l’explorer.

Le robot en question sera donc envoyé avant la fin de l’année dans le bassin Pôle Sud-Aitken. Toutes les données collectées par ses instruments passeront par Queqiao avant d’être renvoyées vers la Terre.

Il faut d’ailleurs rappeler que la Chine affiche de solides ambitions pour les années à venir et l’Empire du Milieu compte ainsi construire une base lunaire à l’horizon 2022 afin de préparer ses futures missions d’exploration.

Mots-clés chine