Chine : les cimetières de vélos vus du ciel

En Chine, les systèmes de location de vélo en libre-service des sociétés comme Gobee Bike ou Ofo n’ont pas rencontré le même succès que ceux lancés en France.

Résultat des comptes : de nombreux vélos se retrouvent abandonnés dans les rues et ont fini par être rassemblés dans une fosse commune non loin de la ville de Xiamen, dans le sud-est de la Chine, pour former un véritable cimetière de bicyclettes qui, vu d’en haut, nous donne l’impression d’être face à une œuvre d’art géante.

Wu Guoyong, un photographe chinois, a décidé de capturer à l’aide de son drone cet immense cimetière de vélos. Le drone de Wu Guoyong a parcouru 15 sites différents pour prendre en photo les fosses aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Le photographe a partagé la vidéo intitulée « No Place to Place » sur la plateforme de vidéo chinoise QQ. La publication a été visionnée 44 millions de fois.

Des vélos qui ont fait un gros flop

Interviewé par le South China Morning Post sur son initiative, Wu Guoyong a expliqué que c’était un moyen pour lui de valoriser l’utilisation des vélos en libre-service même si en Chine, ils n’ont pas eu le succès escompté.

« Les vélos en libre-service sont utiles, mais sur le plan moral, les cimetières exposent un problème moral dans le paysage chinois. Nous jetons des vélos ! Cela n’est pas juste. »

Lors du lancement de ces vélos, des entreprises comme Bikeshare, Ofo ou encore Gobee Bike et Mobike ont essuyé de nombreuses critiques. Aujourd’hui, ces sociétés vivent leurs derniers instants en Chine.

Des sociétés qui font faillite

La majorité des entreprises qui ont misé sur les vélos en libre-service en Chine sont sur le déclin. Ofo, basé à Beijing, a licencié la majorité de son personnel américain, et ce, après avoir reçu une injection de fonds de 866 millions de dollars.

Même si dans le monde entier, les entreprises proposant des vélos en libre-service sont généralement très plébiscitées, cela n’a pas été le cas pour la Chine ou les gens préfèrent privilégier les transports en commun.

Actuellement, il y aurait 1,5 millions de vélos en libre-service en circulation à Shanghai. Même si la ville est habitée par 25 millions de personnes, le nombre de vélos utilisés serait comparable aux 17 000 Velib de Paris.