Web

Chine : Les citoyens devront faire scanner leur visage pour avoir accès à Internet ou obtenir un nouveau numéro de téléphone

À partir du 1er décembre 2019, les citoyens chinois devront laisser les opérateurs en télécommunication scanner leur visage lors de la souscription à une offre Internet ou l’obtention d’un nouveau numéro de téléphone.

Ce nouveau règlement a été annoncé par le Ministère de l’Industrie et de la Technologie de l’Information (MIIT) de la Chine le 27 septembre dernier.

Crédits Pixabay

D’après le communiqué, cette régulation sera mise en place dans le but de protéger de manière sérieuse les droits et intérêts légitimes des citoyens dans le cyberespace. Les opérateurs devront ainsi utiliser une technologie de reconnaissance faciale pour vérifier si le client correspond bien à la personne indiquée sur sa carte d’identité.

Le MIIT a aussi indiqué que l’État veut que les opérateurs vérifient si les téléphones mobiles et fixes sont bien enregistrés sous de vrais noms et déconnectent ceux qui ne le sont pas.

Un nouveau moyen pour contrôler

Cette nouvelle loi semble être un bon moyen pour réduire le nombre de fraudes dans le domaine de la télécommunication. Cependant, elle procure aussi au gouvernement un autre moyen de contrôler ce que les gens disent ou font lorsqu’ils sont en ligne.

Lorsqu’un utilisateur fait enregistrer son visage lors de la souscription à une offre Internet, il est plus facile de suivre ce qu’il publie sur les réseaux sociaux et de savoir quels sites il visite. Actuellement, le gouvernement chinois possède déjà un certain contrôle sur Internet avec le blocage de sites comme Twitter ou Facebook.

Les entreprises étrangères également affectées

D’une certaine manière, le contrôle d’Internet par l’État ne s’applique pas seulement aux citoyens chinois puisque certaines entreprises étrangères sont aussi affectées. Par exemple, il y a le cas d’Apple qui a récemment supprimé une application qui était utilisée par les manifestants prodémocratiques de Hong Kong. Apparemment, il s’agissait d’un geste pour apaiser le gouvernement chinois.

Plus tôt cette année, le moteur de recherche Bing de Microsoft avait aussi été brièvement bloqué pour des raisons qui restent inconnues. Selon les informations, Google avait aussi commencé à développer un moteur de recherche censuré pour la Chine. Le moteur était censé mettre sur liste noire des termes de recherche dictés par le gouvernement. Toutefois, un haut responsable de la compagnie a déclaré en juillet que le projet, qui était dénommé Project Dragonfly, avait été annulé.

La reconnaissance faciale est déjà largement utilisée en Chine. On peut la trouver presque partout, surtout dans les lieux publics comme les aéroports. A partir de décembre, elle commencera donc aussi à être utilisée dans le secteur de la télécommunication.