Chine : Plus d’une quarantaine de personnes ont contracté un mystérieux virus respiratoire

Dans la ville de Wuhan, en Chine, plusieurs cas de pneumonie virale non identifiée ont été récemment enregistrés. Bien que les responsables n’aient pas encore déterminé la cause exacte de la maladie, beaucoup craignent qu’il ne s’agisse de SARS ou Severe Acute Respiratory Syndrome, une grave maladie grippale qui a rendu malades plus de 8 000 personnes et a fait au moins 750 morts dans 26 pays au cours des années 2002 et 2003.

Selon la chaîne d’information asiatique CNA, le SARS a commencé en Chine et a fait à l’époque 349 victimes sur le continent et 299 autres à Hong Kong. En 2004, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la maladie était totalement éradiquée en Chine. Cependant, les cas récents inquiètent sur la possibilité du retour de la maladie virale dans le pays.

Crédits Pixabay

D’après le rapport de l’AFP, 44 cas d’une maladie non identifiée ont été signalés à ce jour, parmi lesquels 11 cas particulièrement graves.

Plusieurs maladies exclues

Les responsables de la santé de la ville de Wuhan ont déclaré que la cause des infections reste encore inconnue, mais que certaines maladies telles que la grippe, la grippe aviaire, l’infection due à l’adénovirus et certaines maladies respiratoires courantes sont à écarter.

D’autre part, le coronavirus, responsable du syndrome respiratoire aigu, n’a pas encore été confirmé comme étant la cause de l’épidémie ou  exclu de la liste des causes possibles.

Les mesures prises

Depuis l’apparition des premiers cas de maladie, de nombreuses spéculations sur le développement d’une épidémie de SARS ont été publiées sur Internet et les autorités ont dû prendre certaines mesures afin de limiter la propagation de fausses informations qui n’ont fait l’objet d’aucune vérification. Selon la déclaration de la police de Wudan le mercredi 1er janvier dernier, huit personnes ont été punies pour avoir publié ou partagé des informations non vérifiées.

D’après Emily Chan Ying-Yang, professeur de médecine à l’Université de Hong Kong, et professeur invité à l’Université d’Oxford,  s’il s’agit du SARS, ils ont déjà de l’expérience dans la gestion de cette maladie. S’il s’agit d’une nouvelle souche, il faudrait faire attention. Pour le docteur Jiang Rongmeng de l’hôpital Beijing Ditan,  il est possible que la pneumonie mystérieuse soit causée par un virus rare ou par un virus encore inconnu à ce jour.

De nombreuses mesures ont été prises pour éviter la propagation de la maladie dont la fermeture temporaire du Huanan Seafood Wholesale Market de Wuhan où plusieurs vendeurs ont été infectés. De leur côté, les aéroports de Hong Kong, de Singapour et de Taiwan ont renforcé le dépistage de la fièvre chez les passagers.

Mots-clés santévirus