Chine : Un ténia de 12 centimètres a vécu dans le cerveau d’un homme pendant plusieurs années

En Chine, un homme habitant à Guangzhou a été hospitalisé après avoir présenté des symptômes mystérieux pendant plusieurs années. Crises d’épilepsie, convulsions ou encore engourdissements se sont succédé chez l’homme depuis 2007, mais les médecins n’arrivaient pas à identifier exactement la cause sa maladie.

C’est seulement en 2018 que les médecins ont découvert ce qui n’allait pas chez le patient. Les maux étaient en fait causés par la présence d’un ver parasite dans le cerveau de l’homme, un ténia d’environ 12 centimètres.

Crédits Pixabay

Selon le corps médical, l’homme était atteint d’une infection appelée sparganose, causée par un type de larves de ténia appelé Spirometra.

Un cas assez rare

Spirometra infecte rarement les humains. En général, c’est un parasite qui vit dans les intestins des chiens et des chats. D’autres animaux tels que les amphibiens, les crustacés d’eau douce, les poissons ou les reptiles peuvent cependant faire partie du cycle de reproduction de ce ver. Il est possible que l’homme ait été infecté après avoir bu de l’eau contaminée ou en mangeant de la viande insuffisamment cuite provenant d’animaux comme les grenouilles ou les serpents, et contenant les larves du parasite.

D’après le CDC ou Centers for Disease Control and Prevention, Spirometra peut vivre jusqu’à une vingtaine d’années chez l’homme. Ce dernier constitue un hôte accidentel et ne peut pas transmettre la maladie.

Selon la déclaration du CDC, les rares cas d’infection signalés chez l’homme ont pour la plupart été enregistrés dans des pays d’Asie du Sud-est.

Une maladie très délicate

Chez l’homme, les larves de Spirometra peuvent migrer dans n’importe quelle partie du corps, pour ne citer que les yeux, les poumons, les voies urinaires, l’abdomen ou le système nerveux central. Selon les explications du CDC, quand elles infectent le cerveau, elles peuvent provoquer des maux de tête, des convulsions, des picotements, de l’engourdissement, ou encore de la fatigue.

D’autre part, le traitement de la maladie peut être assez délicat puisqu’il consiste généralement à extraire le parasite du corps de la victime. Pour le cas du patient de Guangzhou, les médecins ont dû retirer le ténia du cerveau de l’homme lors d’une intervention chirurgicale de 2 heures. Selon le docteur Gu Youming qui a opéré l’homme, l’intervention était risquée car le ténia vivant se déplaçait dans son cerveau. Ils devaient également retirer le parasite en entier pour éviter que la partie restante ne repousse.

Selon les informations, un cas similaire a été rapporté en 2014 chez un homme d’origine chinoise vivant en Angleterre.

Mots-clés santéténia