Chloe Lucas, la femme aux 10 000 hommes

Chloe Lucas est devenue une véritable célébrité en partageant sur Twitter les captures d’un échange mené avec un homme rencontré sur Tinder, un homme qui semble avoir une idée bien arrêtée sur ce que peuvent ou non se permettre les femmes.

Chloe Lucas habite à Chesterfield, une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants situés dans le centre de l’Angleterre à une trentaine de kilomètres de Nottingham.

Sextoii

Comme des millions d’autres personnes à travers le monde, la jeune femme est très présente sur les réseaux sociaux et elle dispose également d’un compte sur Tinder.

Un échange cinglant sur Tinder

En fin de semaine dernière, son profil a fait mouche et elle a donc reçu un nouveau match d’un autre utilisateur du service. Une chose en entraînant une autre, Chloé et le Tinder Boy (c’est évidemment un pseudo) ont très vite commencé à tailler le bout de gras en privé.

Durant l’échange, Chloé a indiqué à son correspondant qu’elle préférait généralement qu’on l’appelle Chlo. L’homme lui a alors demandé sur le ton de la plaisanterie comment ses amis avaient l’habitude de l’appeler.

D’humeur taquine, notre amie s’est dit que le moment était sans doute bien choisi pour gratifier son correspondant d’une petite plaisanterie et elle a alors répondu d’un simple “Duke of York” (Duc d’York).

Intrigué, le Tinder Boy a rétorqué avec un trivial “wtf, why ?” et Chloé a alors répondu que si ses amis l’appelaient comme ça, c’était parce qu’elle avait eu dix mille hommes.

Et un tweet qui fait sensation sur la toile

Pour comprendre la plaisanterie, il est nécessaire de se plonger un peu dans la culture britannique. En effet, le clin d’œil vient d’une comptine pour enfants peu connue par chez nous, “The Grand of Duke of York”, une comptine comprenant deux strophes :

“Oh, the grand old Duke of York, he had ten thousan men ; he marched them up to the top of the hill, and he marched them down again.

And when they were up, they were up, and when they were down, the were down, and when they were only half-way up, they were neither up nor down.”

Le Tinder Boy n’a pas compris l’allusion cependant, et il a donc pris les déclarations de Chloé au pied de la lettre. Il a donc réellement pensé qu’elle avait eu des relations intimes avec dix mille hommes. Peu porté sur la poésie, il a donc mis fin à la conversation avec un “wow, slut” particulièrement cinglant.

Chloé ne s’en est cependant pas offusquée et elle a même pris l’initiative de partager une capture de l’échange sur Twitter, une capture qui a rencontré un certain succès sur la plate-forme puisqu’elle a été likée plusieurs dizaines de milliers de fois… en totalisant plus de six cents commentaires.