Mais au fait, c’est quoi la Chronologie des médias ?

La Chronologie des médias est une législation propre à la France. Elle vise à maximiser la rentabilité d’une production cinématographique. Zoom sur ce dispositif légal unique en son genre.

La Chronologie des médias est une règle qui définit la priorité et les délais des différentes exploitations d’une œuvre cinématographique. Elle est entrée en vigueur en 1960 afin de préserver l’exploitation en salle des films. À cette période, la hausse fulgurante des achats de téléviseurs menaçait effectivement la fréquentation des salles de cinéma. Cela a poussé les autorités à obliger l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) à attendre cinq années après la sortie en salles d’un film avant de pouvoir le diffuser. Un délai qui a finalement été revu à la baisse.

Crédits Pixabay

À noter que la France reste le seul pays à adopter un tel système. Ailleurs, les producteurs négocient directement avec les plateformes de diffusion pour définir la disponibilité des films sur les différents supports.

Les délais qu’impose la chronologie des médias

En France, les salles de cinéma sont ainsi les premières entités à être autorisées à diffuser une œuvre cinématographique fraichement nouvelle. Quatre mois après, le film est autorisé à sortir sur les services de vidéo à la demande payant à l’acte. Idem pour la disponibilité sur les supports physiques (DVD, Blu-Ray, etc.)

À noter que ce délai baisse à trois mois pour les œuvres qui ont fait moins de 100 000 entrées au cinéma. Pour Canal+ et OCS, il faut attendre huit mois après la sortie en salles, contre 18 mois pour les autres chaînes de télévision payantes. Les chaînes gratuites doivent quant à elles patienter 22 mois pour obtenir les droits de diffusion.

Un dispositif qui ne ravit pas les services de streaming

Le délai d’attente est de 36 mois pour les plateformes de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) telles que Netflix, Disney+ et Amazon Prime Video, alors qu’il est de 44 mois pour les plateformes gratuites comme YouTube et Dailymotion.

Bien entendu, ce délai relativement long ne convient pas aux plateformes de streaming. Le fait de ne pas pouvoir inclure les œuvres cinématographiques les plus récentes dans leurs catalogues les pénalise. Heureusement, comme les salles de cinéma sont fermées en ces temps de crise, certains films sont alors exceptionnellement sortis directement sur les plateformes SVOD.