Clap de fin pour le service de SVoD mobile américain Quibi

À la surprise générale de pratiquement personne outre-Atlantique, le service de SVoD dédié au support mobile Quibi a tiré sa révérence dans la journée de 21 octobre dernier, annonçant sa fermeture tout juste six mois après sa mise en ligne.

On pourrait presque parler d’une étoile filante tant son espérance de vie aura été des plus courte, mais cela voudrait sous-entendre qu’elle ait brillé un seul instant.

Quibi

Vie courte pour programmes courts

N’ayant jamais traversé les frontières de la France – mais ayant tout de même fait un crochet par l’Europe avec une sortie au Royaume-Uni et en Allemagne, entre autres – cette application, tarifée à 4.99 dollars avec des pubs incluses ou 7.99 dollars sans, était au départ uniquement destinée aux supports mobiles – centré sur des épisodes de 10 minutes ou même moins, son mode de consommation se voulait radicalement différent des autres plateformes de SVoD comme Netflix ou Prime Video en privilégiant des contenus entièrement originaux et rapides à regarder.

Son promoteur désigné – la pointure Jeffrey Katzenberg, l’ancien directeur de Walt Disney Studios et DreamWorks Animation, ne manquait surtout pas d’ambition pour le projet Quibi : plus d’un milliard de dollars ont été dépensés la première année pour la production et la commande de contenu original.

C’est ainsi plus de 150 émissions et séries différentes qui sont à ce jour disponibles sur la plateforme, incluant des productions chapeautées par des poids lourds de l’industrie du spectacle américaine comme Jennifer Lopez, Chance the Rapper ou encore Kevin Hart. Mais son lancement au début du mois d’avril dernier – à l’aube de la crise sanitaire mondiale liée au COVID-19 – et la base d’abonnés payant en chute libre aura eu raison du projet comme l’explique Katzenberg dans une lettre ouverte :

“Quibi était une grande idée et personne ne voulait que cela devienne un succès plus que nous. Notre échec n’est pas dû à un manque de volonté ; nous avons considéré et évalué toutes les options qui étaient à notre portée. […] Et même ainsi, Quibi n’est pas une réussite. Surement pour l’une de ces deux raisons : soit parce que l’idée en soit n’était pas assez forte pour justifier un service de streaming dédié ou soit à cause de notre timing.”

Mots-clés Quibi