Cloudflare ne va pas protéger les administrateurs des sites pirates

Une trentaine de grands studios hollywoodiens et de plateformes de streaming comme Amazon ou encore Netflix se sont regroupés au sein de l’Alliance for Creativity and Entertainment (ACE) pour lutter contre la violation des droits d’auteurs. Il y a quelques mois, cette coalition ciblait les fournisseurs de boîtes de streaming pour piratage d’œuvre protégées.

Aujourd’hui, ce sont les sites de streaming pirates qui se trouvent dans le viseur de l’ACE. Dans un article publié le 9 septembre 2020, le site Torrent Freak nous révèle que cette coalition a rempli une demande d’assignation à l’encontre du fournisseur de service Cloudflare.

Photo de Clint Patterson – Unsplash.com

Dans sa plainte, l’ACE exige que la société lui fournisse les informations personnelles des administrateurs de sites pirates. Ces derniers ont du souci à se faire, car Cloudflare ne s’est pas opposée à la demande de la coalition.

L’ACE vise une trentaine de sites de streaming pirates

Comme le rapportent nos confrères du site Torrent Freak, l’ACE souhaite que Cloudflare lui révèle les informations des comptes et les détails personnels de 37 noms de domaines. La coalition vise des sites comme Flixtor.to, Myflixer.to, HDSS.To, Watchserieshd.tv ou encore Soap2day.to.

D’après Torrent Freak, ils font partie des sites de streaming pirates les plus visités actuellement. L’ACE a expliqué que cette demande d’assignation a été adressée à Cloudflare dans le but d’ « obtenir l’identité des personnes assignées à ces sites web qui ont exploité les droits exclusifs des contenus appartenant à des membres de l’ACE sans leur autorisation. »

À lire aussi : Zone-Téléchargement et la guerre des clones

Cloudlfare a décidé de coopérer

Malgré cette demande d’assignation, les sites incriminés sont encore opérationnels. En effet, Cloudflare n’est pas obligé de prendre des mesures à leur encontre. Le fournisseur de service doit juste dévoiler à l’ACE toutes les informations qui pourront lui permettre de remonter jusqu’aux administrateurs de ces sites pirates.

L’ACE veut obtenir leurs noms, leurs adresses IP ainsi que les informations concernant leur transaction. La coalition a indiqué que ces données seront utilisées pour protéger les droits des studios hollywoodiens, d’Amazon et de Netflix.

Les administrateurs de ces sites pirates sont dans une mauvaise posture, car Cloudflare a accepté de coopérer avec l’ACE dans le cadre de cette procédure légale. Il a fourni à la coalition les adresses IP utilisées par les administrateurs pour se connecter à leur site, mais aussi leurs noms, leur adresse e-mail, leur adresse physique, leur numéro de téléphone et les détails de leur paiement.

À lire aussi : Zone-Annuaire ferme ses trois sites et lance un nouveau domaine

Mots-clés cloudflare