Comment faire une  »clean install » de OS X Yosemite

OS X Yosemite vous fait sérieusement de l’oeil et vous avez déjà vérifié la compatibilité de vos applications. Il ne reste donc plus qu’à vous lancer pour l’installer. Seul bémol, vous aimeriez procéder à une installation propre, ou à une « clean install » comme on dit dans le milieu, et vous ne savez absolument pas comment vous y prendre. Aucun problème, toute la marche à suivre va être expliquée en long, en large et en travers dans ce tutoriel.

A la base, pour installer OS X Yosemite, il suffit de démarrer le Mac App Store et de lancer le téléchargement de l’application mise à notre disposition par Apple. C’est elle qui s’occupera de tout à notre place, et qui nous prendra par la main pour installer la mise à jour sur notre machine.

Faire une clean install de Yosemite

Faire une « clean install » de Yosemite, ce n’est pas forcément compliqué avec un peu de méthode.

Cette méthode est évidemment la plus simple, mais ce n’est pas forcément la meilleure car elle ne va pas corriger les éventuels problèmes que vous rencontrez peut-être avec votre Mac. S’il avait tendance à planter avant, il le fera aussi après. C’est précisément pour cette raison que la « clean install » est de plus en plus populaire chez les croqueurs de pommes.

Et pour cause puisqu’elle permet de repartir de zéro, un peu comme si nous venions tout juste de sortir notre Mac de son prestigieux carton.

Quels sont les Mac compatibles ?

Mais avant d’aller plus loin, et bien sachez que Yosemite n’est pas compatible avec tous les Mac depuis l’aube de la création.

Si vous voulez en profiter, vous devez avoir un iMac de 2007 ou plus récent, un MacBook de fin 2008 ou plus récent, un MacBook Pro de fin 2007 ou plus récent, un Xserve de 2009 ou plus récent, un MacBook Air de fin 2008 ou plus récent, un Mac Mini de début 2009 ou plus récent et un Mac Pro de début 2008 ou plus récent.

Si vous n’avez pas tout ça, c’est foutu, il ne vous reste plus qu’à vous rouler en boule sous votre bureau.

Sauvegarder ses données

La première chose à faire avant de vous lancer, c’est bien évidemment de sauvegarder vos données. Si j’ai mis cette expression en rouge, en gras et en souligné, ce n’est pas par hasard car la « clean install » va supprimer tout ce qui se trouve sur votre disque d’amorçage.

Le système, bien sûr, mais aussi vos applications, vos photos, vos vidéos et vos documents.

Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que vous allez devoir les mettre de côté pour les retrouver plus facilement par la suite. Il existe évidemment plusieurs méthodes pour mener à bien cette opération, chacune avec ses avantages et ses inconvénients :

  • Sauvegarde vers Dropbox, Google Drive, iCloud et ainsi de suite : Là, c’est simple, vous envoyez tous vos fichiers dans le « cloud » et vous pourrez les retrouver ensuite depuis votre Mac flambant neuf sans aucun problème… à la condition expresse de vous montrer très patient. Si vous avez une connexion pourrie et un gros volume de données à traiter (c’est mon cas), alors la synchronisation pourra prendre… plusieurs jours.
  • Sauvegarde avec Time Machine : C’est la solution la plus simple car l’outil est directement intégré au système et vous n’aurez donc rien à installer sur votre bécane pour en profiter. Attention cependant car il faudra tout de même penser à investir dans un disque dur externe, ou même dans un NAS pour en profiter dans les meilleures conditions possible. Mais ce n’est pas son plus gros défaut. Non, le problème avec Time Machine, c’est qu’il sauvegarde aussi les préférences de l’utilisateur et les applications. Avec tous les bogues et toutes les instabilités associés.
  • Utiliser une autre solution comme Carbon Copy Cloner : Si je cite cette application, ce n’est pas pour rien car c’est sans nul doute la meilleure du genre. Elle est effectivement très efficace et elle vous permettra de contrôler finement la manière dont sera faite votre sauvegarde. Attention cependant car tout n’est pas parfait pour autant et l’outil présente finalement deux inconvénients. Le premier, c’est qu’il risque de décourager rapidement les néophytes. Le second, c’est qu’il est payant et il faudra ainsi débourser 34€ pour en profiter.
  • Faire une sauvegarde manuelle : La dernière méthode est sans doute la moins évidente puisqu’elle consiste à faire une copie manuelle de tous les fichiers qui sont importants pour vous. La seule chose dont vous aurez besoin, c’est d’un disque dur externe ou d’un NAS. Ensuite, et bien il faudra aller chercher chaque fichier, chaque dossier et le copier sur votre support de sauvegarde. Le truc, bien sûr, c’est que vous aurez intérêt à bien vérifier que vous n’avez rien oublié avant de lancer l’installation de Yosemite.

Il existe peut-être d’autres méthodes, d’autres manières de faire, mais vous aurez déjà l’embarras du choix avec celles-là. Notez que vous avez aussi la possibilité d’en cumuler plusieurs.

Perso, je stocke tous mes fichiers sur ma Dropbox. Mon Google Drive, lui, me sert à faire des copies de tous les documents relatifs à mon entreprise. Derrière, je fais évidemment des sauvegardes vers mon disque dur externe, tandis que mon NAS me permet de stocker (et de redistribuer) mes médias à travers tous les appareils de mon réseau. Et notamment ma télévision, grâce à Plex.

Si vous connaissez d’autres astuces, ou si vous avez vous aussi des conseils à donner, les commentaires sont évidemment là pour ça.

Créer clé usb bootable Yosemite

Si vous passez par l’utilitaire de disque pour créer votre clé usb bootable, alors cette capture est la plus importante de toute. C’est la seule étape où vous êtes susceptible de vous planter.

Créer une clé usb bootable avec OS X Yosemite

Maintenant que tout est prêt, ou presque, vous allez pouvoir passer au vif du sujet et lancer le téléchargement de OS X Yosemite à partir du Mac App Store.

Et ensuite, et bien il va falloir… attendre. Et pour cause car le fichier en question fait un peu plus de 5 Go et les serveurs de la firme sont visiblement très sollicités. Vous avez donc le temps d’aller prendre une douche, et de boire votre énième petit café du matin.

Le programme d’installation va démarrer dans la foulée. Il ne faudra pas vous en préoccuper, contentez-vous de le fermer, ou de réduire sa fenêtre. Votre objectif à présent, ce n’est pas d’installer Yosemite mais plutôt de créer une clé usb bootable qui vous permettra de procéder à cette fameuse « clean install ».

Sans elle, il sera impossible de continuer.

Il va donc vous falloir deux choses :

  • Une clé usb de grande capacité (8 Go ou plus).
  • Du temps et de la patience.

Il existe plusieurs façons de créer une clé usb bootable. La méthode la plus simple, c’est finalement de passer par le Terminal mais vous pouvez aussi choisir de vous appuyer sur l’utilitaire de disque.

En s’appuyant sur le Terminal

Commencez par vous munir de votre clé usb et branchez la ensuite à l’un des ports de votre Mac. Prenez soin d’en sauvegarder le contenu si besoin est. Changez ensuite son nom et optez pour quelque chose de simple à retenir, comme « XXXX » par exemple. Comment ? En passant par le Finder (clic droit puis renommer), ou en la formatant grâce à l’utilitaire de disque.

Lorsque tout est en ordre, ouvrez le dossier « Applications », puis le dossier « Utilitaires » et lancez le Terminal dans la foulée.

Balancez ensuite la ligne de commande suivante, comme une brute barbue :

sudo /Applications/Install\ OS\ X\ Yosemite.app/Contents/Resources/createinstallmedia --volume /Volumes/XXXX --applicationpath /Applications/Install\ OS\ X\ Yosemite.app --nointeraction

Remplacez simplement le « XXXX » par le nom de votre clé. Validez ensuite l’instruction en appuyant sur la touche « Entrée » de votre clavier. Le Terminal vous demandera de saisir votre mot de passe. Faites le et validez de nouveau.

L’opération va se lancer. Il faudra vous montrer patient, une fois encore. Lorsque tout sera terminé, le Terminal vous affichera un magnifique « Done » et vous n’aurez plus qu’à passer à l’étape suivante.

En s’appuyant sur l’utilitaire de disque

Le terminal et les lignes de commande vous font peur ? Vous préférez utiliser votre mulot que votre clavier ? Aucun problème, vous allez aussi pouvoir créer votre clé bootable en passant par l’utilitaire de disque intégré à OS X.

Commencez par vous rendre dans le dossier « Applications » et faites un clic droit sur l’installeur de Yosemite. Qui s’appelle subtilement « Installer OS X Yosemite ». Allez chercher l’option « Afficher le contenu du paquet » puis ouvrez le dossier « Contents » avant de vous rendre dans le répertoire « SharedSupport ». Là, vous trouverez un fichier nommé « InstallESD.dmg ». Lancez le pour monter sur votre bureau l’image disque correspondant à la nouvelle version de OS X.

La procédure peut prendre quelques secondes, le temps que votre système procède aux vérifications d’usage. Inutile de préciser qu’il faudra le laisser faire.

Une fois l’image ouverte, vous constaterez qu’elle ne contient qu’un seul répertoire. Les autres sont cachés et vous allez devoir lancer une ligne de commande pour les afficher. Désolé, je vous avais promis que vous n’auriez pas à mettre la main sur le Terminal mais j’en menti.

Pour la bonne cause, alors cela ne compte pas.

Ouvrez donc le dossier « Applications » et allez chercher le Terminal dans le dossier « Utilitaires ».

Collez simplement la ligne suivante et appuyez sur la touche « Entrée » pour valider votre choix :

defaults write com.apple.finder AppleShowAllFiles TRUE

Là, et bien vous verrez apparaître comme par magie un fichier « .DS_Store », un fichier « BaseSystem.chunklist » et un fichier « BaseSystem.dmg ». Vous pouvez donc passer à l’étape suivante et démarrer l’utilitaire de disque, qui se trouve lui aussi dans le répertoire « Applications » puis « Utilitaires ».

Laissez cette fenêtre ouverte.

Ensuite, faites glisser le fichier « BaseSystem.dmg » dans la barre latérale de l’utilitaire de disque, sous l’entrée « InstallESD.dmg ». Assurez-vous ensuite de la présence de votre fameuse clé usb, qui doit s’appeler « XXXX » ou quelque chose de ce genre.

Cliquez sur la nouvelle entrée que vous venez de créer. Dans la partie droite de la fenêtre, vous allez voir apparaître deux champs : source et destination. Le premier doit être occupé par le fichier « BaseSystem.dmg ». Dans le second, vous allez simplement glisser votre clé usb. Ensuite, il ne vous restera plus qu’à cliquer sur le bouton « Restaurer » pour lancer l’opération.

Un message apparaîtra alors à l’écran, pour vous demander si vous êtes sûr de votre choix. Validez en cliquant sur le bouton « Effacer ». OS X vous demandera ensuite de saisir le mot de passe de votre compte administrateur. Faites le et validez en cliquant sur le bouton « Ok ».

Patientez tranquillement. Chez moi, l’opération a pris six minutes. Lorsque tout sera niquel, votre système montera la clé et il ouvrira dans la foulée une nouvelle fenêtre présentant son contenu.

Ce n’est pas encore fini. Maintenant, vous allez devoir faire en sorte que la clé soit bootable, et qu’elle puisse donc être chargée par votre ordinateur à son démarrage.

Dans la fenêtre qui vient d’apparaître, donc, vous trouverez un répertoire nommé « System ». Allez simplement dedans et ouvrez dans la foulée le dossier « Installation ». Supprimez l’alias « Packages ».

Laissez cette fenêtre ouverte.

Retournez dans la fenêtre « OS X Install ESD » qui est restée ouverte si vous avez suivi scrupuleusement ce guide.

Note : Si ce n’est pas le cas, vous devrez retourner dans le dossier « Applications », faire un clic droit sur le fichier d’installation de Yosemite, aller chercher l’option « Afficher le contenu du paquet », ouvrir le dossier « Contents », ouvrir le dossier « SharedSupport » et lancer le fichier « InstallESD.dmg ».

Ouf, laissez moi le temps de reprendre mon souffle.

Sélectionnez ensuite le dossier « Packages » et glissez le sur l’autre fenêtre, celle où nous venons de supprimer ce fichu alias. Attendez que le transfert se fasse. Ca peut prendre un peu de temps vu que notre fameux dossier pèse quelque chose comme 4,72 Go.

Remonter dans l’arborescence de votre clé jusqu’au dossier « OS X Base System ». Prenez les fichiers « BaseSystem.chunklist » et  « BaseSystem.dmg » dans la fenêtre « OS X Install ESD » et faites les glisser dans ce répertoire. Là encore, il faudra patienter un peu. Lorsque ce sera terminé, vous pourrez fermer toutes ces fenêtres qui son en train de polluer votre champ de vision.

Maintenant, tout est prêt. Avouez le, finalement, il aurait mieux valu passer par le Terminal, non ?

Alors bien sûr, ici nous nous sommes appuyés sur une simple clé usb, mais vous auriez pu faire la même chose avec n’importe quel lecteur, et même avec votre disque dur externe.

Installer Yosémite

Plus que quelques minutes à attendre. Enfin !

Installer OS X Yosemite

Rassurez-vous car le plus dur est fait. Le reste ne vous posera aucun problème puisqu’il faudra simplement installer OS X Yosemite comme nous le ferions avec une simple galette. La procédure à suivre est exactement la même.

Eteignez votre Mac et attendez quelques secondes, le temps d’aller vous faire couler un café. Oui, encore. Branchez ensuite votre clé usb à votre machine. Directement à elle. Ne passez pas par un intermédiaire (hub, rallonge, chien empaillé), et assurez-vous de débrancher tout le reste.

Allumez votre ordinateur en maintenant enfoncé la touche « Option » de son clavier. Attendez quelques secondes, jusqu’à ce qu’un assistant apparaisse à l’écran. A l’aide des flèches du clavier, déplacez le curseur vers votre clé usb, et validez ensuite votre choix en appuyant sur la touche « Entrée ».

Le programme d’installation de OS X Yosemite va se lancer.

Il commencera par vous souhaiter la bienvenue et il vous proposera d’installer directement la mise à jour. Ne tenez pas compte de ces instructions, et cliquez plutôt sur le menu « Utilitaires » situé tout en haut de l’écran. Là, choisissez l’option « Utilitaire de disque ».

L’application va alors se lancer. Vous devrez sélectionner le volume de démarrage de votre ordinateur dans la liste, à gauche. Par défaut, il s’appelle Macintosh HD. Sur la droite, cliquez sur l’onglet « Effacer » et vérifiez que le format est bien réglé sur « Mac OS Extended « Journalisé ». Si tout est bon, cliquez sur le bouton « Effacer » situé en bas, vers la droite. Il vous demandera de confirmer votre choix en cliquant une nouvelle fois sur un bouton. Faites le. A partir de cet instant, tout le contenu de votre disque dur va être supprimé. J’espère vraiment que vous avez pensé à sauvegarder vos données parce que c’est peu tard pour s’en préoccuper maintenant.

Attendez quelques minutes, le temps que l’opération arrive à son terme. Comptez un gros quart d’heure, sauf si vous n’avez pas de chance.

Revenez ensuite en arrière en cliquant sur l’option « Quitter l’utilitaire de disque » dans le menu de l’application. L’assistant vous renverra sur l’écran précédent, et il ne vous restera alors plus qu’à lancer l’installation de Yosemite en cliquant sur le bouton « Continuer ».

L’assistant vous demandera alors de choisir un disque d’installation. Prenez votre magnifique Macintosh HD flambant neuf et cliquez simplement sur le bouton « Continuer ».

L’assistant va commencer par copier les fichiers nécessaires au fonctionnement du système. Il redémarrera une première fois avant de continuer à installer Yosemite. Ensuite, il vous demandera de définir votre langue et votre région. Il vous permettra aussi de vous connecter à votre réseau WiFi.

L’assistant de migration devrait se lancer plus ou moins à ce moment là. Vous pourrez naturellement passer votre tour en cliquant sur le bouton adéquat. OS X vous proposera de vous identifier à l’aide de votre compte Apple et d’activer Find My Mac. Ensuite, et bien vous devrez accepter les conditions d’utilisation habituelles. Il ne vous restera plus qu’à créer votre session et valider le tout pour passer à l’étape suivante, et donc à la configuration du trousseau iCloud. Pour finir, vous pourrez indiquer si vous autorisez votre Mac à émettre des rapports d’erreur.

Yosemite apparaîtra enfin sous vos yeux ébahis. C’est terminé.

Si vous constatez un oubli, ou si vous avez besoin de plus de précisions sur une étape, les commentaires sont là pour ça.

Bonus : Attention à iCloud Drive

A l’ouverture de votre session, Yosemite vous demandera si vous souhaitez activer iCloud Drive. Faites très attention car ce dernier n’est pas compatible avec les versions précédentes de OS X, ni même avec iOS 7. Si vous avez des ordinateurs ou des terminaux nomades qui n’ont pas été mis à jour, et si vous souhaitez conserver toutes les fonctions liées à iCloud, alors il faudra refuser la migration.