Licenciée à cause d’un tweet

Un post sur Twitter a couté son job à une internaute qui travaille pour un service d’aide à la clientèle. Les opérateurs qui prennent en charge les clients sont obligés de garder leur sourire en toute circonstance. Ils doivent aussi garder leur sang-froid, quelles que soient les humeurs et manières que peuvent avoir les personnes qui viennent leur demander des informations.

Il arrive cependant que les personnes qui travaillent en service d’accueil se défoulent sur les réseaux sociaux.

Ils y expriment tout ce qu’ils peuvent sentir après une longue journée de travail ou bien après ces moments passés à ravaler leur orgueil et leur fierté. Cela a été le cas d’une internaute du nom de @Kayleighmcgheek.

Cette utilisatrice a en effet pris sa plume afin de revenir sur ses rapports difficiles avec ses clients.

Twitter, un défouloir collectif

Après avoir eu des problèmes avec les clients de l’entreprise qui l’employait, l’utilisatrice en question s’est un peu déchaînée sur son compte. La femme a ainsi partagé publiquement une publication en utilisant des mots rudes.

Le tweet a été vite repéré par ses employeurs. Le verdict ne s’est pas fait attendre. Pour ne pas ruiner la réputation de l’entreprise, il a été décidé de licencier l’employée. Cette dernière ne s’est pas du tout calmée.

Elle a fait savoir sur le réseau social que sa publication était la raison de son congédiement et elle a accusé son entreprise de porter atteinte à sa liberté d’expression. Le message a de nouveau fait couler beaucoup d’encre.

Des réactions variées

Le tweet a rapidement fait le buzz. Les réponses ont fusé et les avis sont finalement très partagés. Certaines personnes essaient de comprendre la jeune femme et lui donnent raison. Elles affirment que son travail n’est pas facile et qu’une grande majorité des clients ne se montrent vraiment pas aimables. Il est donc tout à fait compréhensible dans ce contexte et d’après eux que l’employée se soit exprimée ainsi.

D’autres personnes considèrent cette publication comme une insulte et un manque de respect envers les clients. Elles jugent même ce partage intolérable. Cette catégorie d’internautes est entièrement d’accord avec la décision prise par les employeurs.

Il y a également des internautes qui s’amusent à parodier le tweet. Ils se sont en effet amusés à le republier en utilisant des mots qui le rendent drôle et amusant.

Cette affaire est loin d’être un cas isolé. Plusieurs autres personnes ont déjà eu le même problème avec l’usage non réfléchi des réseaux sociaux.

Mots-clés twitterweb