Start-Up Presse-Citron 2013 : compte-rendu de la soirée

Certains d’entre vous le savent, votre humble serviteur a été convié hier soir à assister à la seconde édition de la Start-Up Presse-Citron. Pour ceux qui ne connaissent pas l’évènement, il faut simplement savoir que ce dernier a pour vocation de confronter plusieurs startups innovantes et de déterminer celle qui se dégage le plus du lot. Une soirée haute en couleurs, qui m’a permis de découvrir pas mal de produits très intéressants, et qui méritaient bien un petit compte rendu complet histoire de partager cette chouette expérience avec vous.

Mais avant d’aller plus loin, il convient de présenter cet évènement en quelques mots. Si vous suivez Eric et ses acolytes, vous devez savoir que Presse-Citron présente très régulièrement de nouvelles startups, des startups qui sont pour la plupart (toutes ?) basées en France et qui prouvent par leur seule existence qu’il est encore possible d’innover dans l’hexagone. Ensuite, chaque mois, c’est une entreprise qui se retrouve sur le devant de la scène et qui est ensuite invitée à présenter son produit, ou son service, à la Start-Up Presse-Citron.

Start-Up Presse-Citron 2013

La seconde édition du Start-Up Presse-Citron se déroulait dans les locaux de Facebook France.

C’est évidemment une très bonne initiative, puisque cela permet à des entreprises pas toujours très connues de gagner en visibilité, de toucher leur public et, accessoirement, de rencontrer des investisseurs. Mine de rien, c’est un sacré coup de pouce et je pense que nous pouvons tous remercier Eric, Valentin et toutes les personnes collaborant à ce projet, de même pour les partenaires soit Microsoft BizSpark, Facebook et Spotify.

Les participants

Bref, pour cette seconde édition qui se déroulait dans les locaux de Facebook France, ce sont huit startups qui ont été retenues :

  • Green Bureau : Un service totalement gratuit et qui permet aux particuliers d’envoyer toutes leurs factures dans le “cloud” afin de les trier et de les organiser plus facilement. Notez d’ailleurs que la startup a décroché quelques accords exclusifs assez sympathiques, dont un avec Numericable. Tous les abonnés recevront prochainement leurs factures sur leur “bureau vert” et ils auront la possibilité d’ajouter de nouveaux documents en provenance d’autres prestataires s’ils le souhaitent.
  • We Love Words / You Love Words : We love Words se présente sous la forme d’un site communautaire entièrement dédié aux amoureux de la plume, virtuelle ou non. Fort de sa communauté, la startup a lancé You Love Words qui se positionne cette fois comme une place de marché à destination des marques, des agences et des entreprises. Chaque personne le souhaitant peut ainsi acheter du contenu qui sera facturé au feuillet. Plus de 13.000 auteurs sont référencés sur la plateforme, chacun avec une expertise bien particulière. Concernant le prix de vente des feuillets cités un peu plus haut, il dépend essentiellement des compétences de celui qui l’écrit, mais ça peut monter jusqu’à plus de 200€ pour certaines créations.
  • Cup of Teach : Cette fois, on passe aux cours et à l’apprentissage puisque Cup of Teach fonctionne comme une plateforme dédiée à la formation. Par son entremise, il est possible de réserver des cours collectifs en ligne, des cours qui auront lieu dans la vraie vie. Les formateurs ont également la possibilité d’ajouter leurs propres ateliers à la plateforme afin de toucher de nouveaux élèves.
  • Netatmo : Cette entreprise n’est plus vraiment une startup, et elle s’est spécialisée dans les objets connectés avec une station météo capable de mesurer la qualité de l’air, une station qui se connecte ensuite à un smartphone ou à une tablette tactile et qui nous permet ainsi de suivre précisément la situation. D’autres produits connectés devraient faire prochainement leur entrée au catalogue de la société, mais son CEO n’a malheureusement pas voulu en dire plus durant son intervention.
  • ZoomZoomZen : Se retrouver entre amis pour partager un restaurant, un cinéma, un évènement, ce n’est pas toujours facile et l’objectif de ZoomZoomZen consiste justement à nous faciliter les choses. Très concrètement, cette solution joue la carte de la géolocalisation et elle nous permettra ainsi de suivre la position de nos amis pour aller plus facilement à leur rencontre. Point intéressant, l’application et le service sont totalement gratuits, la startup ayant opté pour un modèle économique reposant sur de l’achat “in app” ou sur du B2B.
  • Dataveyes : L’objectif de Dataveyes est simple, il s’agit de redonner une seconde vie à toutes ces données qui dorment sur un coin de notre disque dur en générant des graphiques afin d’en faciliter la lecture et la compréhension. La technologie marche avec tout et aussi bien avec des données statistiques traditionnels qu’avec des récits de voyage. Tous les publics et toutes les entreprises sont donc concernés.
  • Bureaux à partager : Trouver des bureaux dans les grandes villes de France, ce n’est pas toujours facile, surtout lorsqu’on dispose d’un budget réduit. BAP a pour ambition de nous faciliter la vie en mettant en relation les propriétaires de bureaux et les personnes à la recherche d’un lieu où bosser. Grâce à ce système, il est possible de réaliser de sacrées économies, et même de faire de nouvelles rencontres.
  • Veezio : Comme chacun le sait, les vidéos ne sont pas toujours correctement indexées par les moteurs de recherche. Du moins pas sans en faire la transcription. Une opération qui n’est pas donnée, et qui prend beaucoup de temps puisqu’elle nécessite l’intervention d’un être humain. Veezio a donc travaillé sur une technologie permettant d’automatiser cette tâche en réalisant une transcription automatique pour n’importe quelle vidéo. C’est bien pour le référencement, mais pas seulement puisque les internautes auront une idée plus nette du contenu des vidéos qui les intéressent, de même pour les personnes et les plateformes qui les diffusent.

Comme l’édition précédente, c’est un jury composé de six experts qui a déterminé les startups les plus innovantes, un jury composé de Michelle Gilbert (Communication Manager pour Facebook France), Olivier Grémillon (DG de Airbnb France), Valérie Talmon (journaliste pour Les Echos), Raphaël Labbé (directeur de l’innovation chez L’Express), Franck Rossini (Directeur Marketing Europe du Sud de Spotify) et Eric Dupin. Point intéressant, les startups citées un peu plus haut n’ont pas eu le droit de monter sur scène avec un ordinateur, une tablette ou même une présentation Powerpoint. Ils avaient pour seule arme leur produit, ou leur service, et la manière de le présenter.

Qui a gagné alors ?

Après délibération, et pendant que les convives se déchainaient sur le buffet, le jury cité un peu plus haut a donc désigné les trois gagnants de la compétition, soit :

  • Première place : Dataveyes.
  • Seconde place : We Love Words.
  • Troisième place : Green Bureau.

Si les trois gagnants auront droit à pas mal de goodies, c’est Dataveyes qui a décroché le gros lot puisqu’elle remporte un voyage en… Californie. Et attention, car il ne s’agit pas d’une balade touristique. En réalité, ce voyage organisé va permettre aux représentants de la société de rencontrer les grandes startups de la Silicon Valley. Un bon moyen de faire connaitre son produit, de toucher un nouveau marché et de s’enrichir aussi bien intellectuellement que culturellement.

En ce qui me concerne, si j’avais du faire un choix, je pense que c’est We Love Words qui aurait obtenu mon vote. Maintenant, c’est sûr que les trois gagnants n’ont pas du être simple à départager vu la qualité de leur produit, et de leur prestation.

Note : Désolé pour la photo toute moche, je n’avais pas pris mon matos avec moi. Ah, et au passage, encore bravo à Valentin qui a assuré comme une bête sur scène, et pourtant ce n’est vraiment pas un exercice facile. Spéciale dédicace au passage à Richard et Flav, forcément.

Mots-clés web