Les concombres de mer pourraient nous aider à protéger les récifs coralliens

Les récifs coralliens dans le monde sont actuellement en danger à cause du changement climatique, plus particulièrement à cause de la hausse des températures océaniques. En effet, le stress engendré par les températures élevées pousse les coraux à expulser les algues symbiotiques qui vivent en leur sein. Le stress rend également les coraux plus vulnérables aux infections causées par les bactéries naturelles.

Auparavant, la densité de ces microbes était gérée par les concombres de mer (appelés aussi holothuries) qui se nourrissent principalement des sédiments des fonds marins. Mais ces dernières années, les concombres de mer sont devenus de plus en plus rares dans de nombreuses régions du fait de la surexploitation pour alimenter les marchés en Asie.

Concombres de mer et récif corallien
Crédits Dr. Cody Clements, School of Biological Sciences, Georgia Institute of Technology

Dans une nouvelle étude, des scientifiques de Georgia Tech ont effectué des expériences sur le terrain dans l’Océan Pacifique Sud. Leur but était d’en savoir plus sur le rôle des concombres de mer sur la santé des récifs coralliens.

A lire aussi: Analyser le son produit par les récifs coralliens afin de les protéger

L’importance des concombres de mer

L’étude a été menée dans une zone qui se trouve non loin de l’île de Mo’orea en Polynésie Française. Sur le site, les chercheurs ont placé plusieurs individus de l’espèce Holothuria atra dans 10 parcelles de fonds marins sablonneux. Dans 10 autres parcelles, ils ont retiré les holothuries, et ils ont ensuite planté cinq segments de corail Acropora pulchradans chacune des parcelles. En inspectant quotidiennement les parcelles pendant 45 jours, l’équipe a remarqué que le taux de mortalité induite par des maladies associées aux sédiments était 15 fois plus élevé dans les parcelles où il n’y avait pas de concombres de mer.

Une expérience similaire a été réalisée à petite échelle dans l’atoll de Palmyra, qui se trouve entre Hawaï et les Samoa Américaines. Même si les chercheurs ont utilisé d’autres espèces d’holothurie (Stichopus chloronotus) et de corail (Acropora nasuta), ils ont obtenu les mêmes résultats que précédemment.

Une solution écologique potentielle

Les auteurs de l’étude, dont Mark Hay et Cody Clements, espèrent que ces résultats vont convaincre les autorités des pays et les groupes concernés d’imposer des limites plus strictes en ce qui concerne l’exploitation des holothuries. Une autre solution consisterait aussi à élever des holothuries en captivité et à les relâcher ensuite dans les récifs qui ont besoin de protection.

Notons que les concombres de mer d’élevage pourraient également aider à maintenir la propreté des sites d’élevage de poissons ou encore être utilisés pour retarder l’apparition du diabète de type II.

Selon Clements, cela fait longtemps que l’on s’intéresse de près à l’importance des concombres de mer, mais jusqu’à maintenant, l’ampleur de cette importance était encore inconnue.

Les détails de l’étude ont été publiés dans la revue Nature Communications.

SOURCE: New Atlas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.