Les concurrents de Google ne veulent pas qu’il contrôle les domaines en .search, .fly ou .map

On parlait récemment des nouvelles extensions de noms de domaine qui seront prochainement mises à notre disposition, ou presque. Certaines de ces extensions ont été demandées par Google pour que ce dernier puisse en profiter, et les gérer. Mais si le géant de la recherche semble vouloir partager quelques-unes de ces extensions, ses concurrents ne sont pas vraiment d’accord. Ces concurrents mécontents se sont regroupés sous le nom de FairSearch et comptent parmi leurs rangs, entre autres, Microsoft, Nokia ou encore Oracle. FairSearch a donc cherché à faire entendre son point de vue à l’ICANN, allant jusqu’à affirmer que les demandes d’extensions de Google pourraient conduire à des effets désastreux sur la concurrence, soit eux-mêmes, donc.

Cette réclamation ne porte pas sur toutes les extensions demandées par Google mais seulement sur trois d’entre elles : .search, .fly et .map, des extensions dont on comprend qu’elles puissent intéresser Google mais qui représentent également des mots bien courants…

FairSearch

C’est donc là le souci : si Google se voit accordé le droit de gérer ces extensions, ses concurrents redoutent que ce dernier n’en profite pour assoir encore un peu plus sa position dominante dans le secteur de la recherche. Car en effet, dans cette perspective, il pourrait alors choisir qui aurait le droit ou non d’utiliser les domaines en .search. On retrouve donc toujours la même question : Google est-il un gros méchant souhaitant contrôler le monde au mépris de la vie elle-même ?

Quoiqu’il en soit, il est vrai que les réticences quant à laisser la gestion d’extensions de noms de domaine à une entreprise, quelle qu’elle soit, sont légitimes… Et si les organismes spécialisés existent, ce n’est évidemment pas pour rien.

Via

Mots-clés googleweb