Un homme condamné pour avoir fait chanter des mineures sur Snapchat en échange de faveurs sexuelles

Une nouvelle affaire de chantage sexuel secoue la petite communauté de Snapchat. En janvier 2021, les parents de deux jeunes filles âgées de 13 et 11 ans ont déposé une plainte au commissariat de Bastia pour viols et agressions sexuelles. D’après les faits relayés par Le Parisien, l’une d’entre elles a été contrainte d’effectuer des actes sexuels sur un adolescent de 17 ans après que celui-ci l’ait fait chanter.

Tout a commencé au printemps 2020. Ce jeune homme, qui étudie dans un lycée à Bastia, a demandé une photo dénudée à la collégienne de 13 ans. Cette dernière a consenti à lui en envoyer une sur Snapchat. Par la suite, le lycéen s’en est servi pour lui faire un chantage. Il l’a menacée de diffuser la photo sur les réseaux sociaux si elle ne lui faisait pas une fellation.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Malheureusement, les choses ne se sont pas arrêtées là. Il a ensuite demandé à la collégienne d’accorder des faveurs sexuelles à ses amis.

Une autre victime

Cette jeune fille de 13 ans n’est pas la seule victime dans cette affaire. L’adolescent a tenté de faire la même chose à une autre collégienne qui était cette fois-ci âgée de 11 ans. Cette dernière a refusé. Cependant, le lycéen n’a pas lâché l’affaire.

Il a alors commencé à la menacer et l’a harcelée sur Snapchat. L’intimidation est allée plus loin lorsque l’adolescent l’a suivie dans un parc. Selon les dires de la victime, ce dernier aurait adopté un comportement obscène envers elle. La jeune fille n’a pas osé raconter cette histoire à ses parents. C’est une de ses amies qui en a parlé à la direction de son collège. Ses parents en ont ensuite été informés.

A lire aussi : Infomaniak lance une messagerie gratuite et sécurisée

Cinq personnes placées en garde à vue

Après avoir porté plainte, la mère de cette collégienne a fait part de ses inquiétudes au micro du site France Info.

« J’ai peur de ce qu’il aurait pu faire à ma fille. Elle est encore petite, elle ne se rend pas compte qu’elle ne peut pas discuter avec les gens comme ça, elle est trop facilement impressionnable. »

Le 3 février 2021, cinq personnes ont été présentées devant un juge d’instruction dans le cadre de cette affaire. Quatre d’entre elles ont été placées en détention provisoire. Le dernier a été placé sous contrôle judiciaire.

A lire aussi : Evitez de publier vos excès de vitesse sur Snapchat

Parmi eux, il y avait des majeurs et des mineurs.

Mots-clés snapchat