Votre voiture enregistre aussi vos données à votre insu

Quand on parle de confidentialité des données et de piratage, nous avons tendance à ne penser qu’à nos comptes de réseaux sociaux, notre téléphone, notre historique de navigation ou encore aux cookies qui nous suivent partout sur Internet. Mais il y a une chose bien plus proche de nous et que nous utilisons souvent qui, selon The Verge, est tout aussi au courant de nos faits et gestes : notre voiture.

NBC News a récemment établi un rapport indiquant à quel point nos voitures collectent des données sur nous et comment ces données peuvent aussi bien aider la police à résoudre des enquêtes que faciliter des desseins maléfiques des criminels.

Crédits Pixabay

Cette fonction de collecte de données dépend grandement du modèle de votre véhicule et de ses différentes fonctionnalités mais d’une manière générale, une voiture peut livrer vos données de localisation, des enregistrements de voix et même dire quand ses portes ont été ouvertes.

Un criminel a été arrêté « grâce » à un enregistrement de sa voix

Pour appuyer son rapport, NBC News cite le cas de Joshua Wessel, un homme qui a été accusé de meurtre parce que le camion de la victime avait enregistré sa voix au moment du crime. Apparemment, la police a pu accéder à ces données grâce au logiciel d’une entreprise appelée Berla Corp.

Ce logiciel est non seulement capable de lire des identifiants uniques des appareils Bluetooth et Wi-Fi connectés sur le système d’infodivertissement d’une voiture, mais aussi les journaux d’appels, les contacts ainsi que les textos. Outre ces informations liées à l’infodivertissement, le logiciel de Berla peut aussi consulter les journaux conservés par l’ordinateur interne de la voiture, révélant son journal de localisation à partir de son GPS intégré et indiquant les moments d’ouverture et de fermeture de ses portières.

Un Australien a tyrannisé son ex-petite amie en contrôlant sa voiture à distance

Mais si les données d’une voiture permettent de faire le bien, tombées entre de mauvaises mains, elles s’avèrent dangereuses. Ce fut le cas avec un Australien, également cité par NBC News, qui a utilisé une application pour accéder directement aux données du Land Rover de son ex. En plus d’avoir un accès direct à ces informations, il a aussi pu contrôler la voiture, en le démarrant ou l’éteignant à distance et en ouvrant les fenêtres.

L’auteur de l’article de The Verge, Mitchell Clark, affirme avoir vu de lui-même ce phénomène de collecte de données par une voiture. Ayant acheté une voiture d’occasion, il s’est aperçu que les informations du propriétaire précédent y étaient encore conservées. Au final, la racine du problème est qu’actuellement, nous partageons nos données avec de plus en plus d’appareils. Or, pour l’heure, rien ne nous garantit une protection complète de nos données. Finalement, la lutte pour la confidentialité des données est-elle donc une utopie ?