Confinement : les opérations de Pornhub, Jacquie et Michel et Dorcel mal vues par les associations

La situation exceptionnelle et particulièrement difficile provoquée par la pandémie de Covid-19 a poussé de nombreuses entreprises à offrir leurs services gratuitement pendant cette période dans un élan de solidarité.

Le secteur du porno n’est pas en reste, en effet, plusieurs sites pornographiques dont Pornhub, Jacquie et Michel, ou encore Dorcel ont décidé de rendre leurs offres premiums gratuites pendant la durée du confinement.

Crédits Pixabay

Mais cette initiative particulière est vue d’un très mauvais œil par des associations qui ont décidé d’écrire au Président de la République.

Les associations évoquent la protection des mineurs

L’annonce de la gratuité des offres premium de Pornhub, Dorcel et Jacquie et Michel a été massivement relayée le mois dernier, ce qui a tout de suite alerté le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine (CPDH). Le président du CPDH, Franck Meyer, également maire de Sotteville-sous-le-Val (Seine-Maritime), a alors décidé d’écrire aux autorités compétentes pour mettre fin immédiatement à cette gratuité, et fermer ces plateformes dans une « brève échéance ».

Le mercredi 8 avril dernier, Franck Meyer a ainsi adressé une lettre à 25 personnalités, dont le Président de la République, Emmanuel Macron. “Il faut absolument protéger les mineurs”, a t-il déclaré, rappelant que lors d’un discours à l’UNESCO sur l’exposition des mineurs aux sites pornographiques, en novembre 2019, le Président de la République s’était prononcé sur la question et avait donné un délai de six mois aux plateformes concernées pour réagir.

D’autres associations se joignent à la protestation

Le CPDH n’est pas la seule association à s’opposer aux « promotions confinement » de Pornhub, Dorcel et Jacquie et Michel. Le courrier adressé aux autorités est en effet cosigné par Michée-France, Planète enfants et développement, le CNEF Solidarité, les Associations familiales protestantes, ainsi que les Associations familiales catholiques. Toutes veulent que les pouvoirs publics prennent des décisions fortes contre ces plateformes qui favorisent “la traite des êtres humains et l’exploitation sexuelle”.

Dans leur lettre, les associations demandent au gouvernement de prendre immédiatement des mesures fortes, et des sanctions, pour lutter contre la pédocriminalité et l’exposition des enfants à la pornographie sur internet. Elles réclament également l’ouverture d’enquêtes judiciaires sur certains contenus (compromettants) de Pornhub et d’autres sites pornographiques.  On attend maintenant de voir quelle sera la réaction des autorités à la lettre du CDPH.