Connaissez-vous cette île fantôme ?

Notre société connait un développement technologique extraordinaire. Internet a bouleversé notre monde et a vu l’apparition des explorations urbaines (urbex). Youtube a démocratisé cette activité, ainsi que la chasse aux fantômes et diverses explorations nocturnes angoissantes et passionnantes. J’en constate chaque jour l’expansion sur le web, et l’engouement grandissant pour ce genre de médias.

C’est pourquoi j’avais envie de vous présenter un lieu atypique, l’ile fantôme d’Hashima. Vous en avez peut-être déjà entendu parler, c’est une île minuscule qui se situe à 20 kilomètres de la ville de Nagasaki, au Japon.

La plus forte densité de population au monde !

Minuscule en effet puisqu’elle ne mesure que 480 mètres de long sur 160 mètres de large. Pour vous donner une idée, c’est seulement 80 mètres de plus que le standard actuel d’un porte-conteneurs, à savoir 400 mètres de longueur, pour une largeur qui n’est même pas équivalente à deux terrains de foot.

C’est en 1810 qu’est découvert sur l’île un gisement de houille, plus communément du charbon. La mine est restée ouverte jusqu’en 1970. Elle a été rapidement totalement délaissée par ses habitants. Mais avant cela, elle a accueilli sur sa petite surface (6,3 hectares) 5300 habitants en 1950 !

Soit une densité inconcevable de 84100 hab/km2 et 139 100 hab/km2 dans le quartier d’habitations. Ils devaient presque se marcher dessus.

Pour loger tout ce monde, de grandes barres d’immeuble avec des cours intérieures ont été construites sur l’île, ainsi qu’un hôpital, des commerces, des écoles… une vraie ville-navire.

Un lieu lugubre au lourd passé

Auparavant, l’île a connu un passé sombre, car 800 travailleurs coréens y ont été envoyés durant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation japonaise.

L’île était totalement interdite à la visite jusqu’en 2009. Depuis, un nombre limité de visiteurs a l’opportunité de s’y rendre. Et l’expérience doit être impressionnante. Car en plus de son lourd passé, elle est aujourd’hui très effrayante avec ses grands immeubles sombres et inhospitaliers.

À cela se rajoute le risque d’écroulement dû aux bâtiments entièrement délabrés. Les blocs de béton qui l’entourent pour briser les vagues et la quasi inexistante de verdure ne participent pas à l’attrait du lieu.

Un lieu à l’atmosphère pesante et mystérieuse (hanté ?), hors norme de par sa conception même. C’est dingue de voir un tel enchevêtrement de bâtiments, à quel point tout y a été fait pour que l’île vive avec la surpopulation. Et son côté Alcatraz la rend encore plus terrifiante. Paradoxalement, elle fait partie des paradis pour les chasseurs de fantômes et les passionnés d’urbex. Alors, prêt à vous y rendre ?

 

Mots-clés japonurbex