Connaissez-vous la règle des 70 % de Jeff Bezos ?

Jeff Bezos a évoqué en 2016 une règle qu’il s’applique à lui-même depuis ses premiers pas en tant qu’entrepreneur dans une lettre adressée à ses actionnaires : la règle des 70 %. Et elle peut s’appliquer dans pas mal de domaines différents. Explications.

Jeff Bezos n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Il est en effet né en 1964 à Albuquerque au Nouveau-Mexique, de deux parents qui n’avaient alors que 18 et 16 ans. Son père l’a abandonné à sa naissance et il a donc été élevé par sa mère.

Une photo montrant une réunion en entreprise
Image par Malachi Witt de Pixabay

Un peu plus tard, cette dernière est tombée amoureuse de Miguel Bezos, qui a décidé d’adopter Jeff, lui donnant ainsi son nom.

La règle des 70 %, une condition pour une entreprise plus agile

Extrêmement intelligent, ce dernier a survolé le collège et il est sorti de Princeton en 1986 avec un Bachelor of Arts and Sciences. Après avoir travaillé pendant plusieurs années pour des entreprises de Wall Street, il a finalement décidé de foncer sa propre entreprise dans les années 90.

La suite de l’histoire, vous la connaissez forcément. Amazon est devenu une des entreprises les plus puissantes du web et elle a participé à révolutionner le commerce en ligne.

Depuis, Jeff Bezos est considéré comme une figure forte du web, en dépit des nombreuses polémiques visant son entreprise.

A lire aussi : Bill Gates, Jeff Bezos et Michael Bloomberg veulent construire des mines au Groenland

Le danger de trop attendre

Toujours est-il que ce dernier a évoqué une règle intéressante dans un courrier adressé en 2016 à ses investisseurs. Une règle qui explique en partie comment il a réussi à donner vie à une des entreprises les plus puissantes de la toile : la fameuse règle des 70 %.

Le concept est assez simple. Pour lui, les entrepreneurs pèchent parfois trop par excès de prudence. Ils attendent ainsi d’avoir en main 90 % des informations qu’ils attendent avant de prendre une décision.

Pour Jeff Bezos, c’est bien entendu une erreur puisque cela limite la prise de décision et la réactivité. Chaque décision est trop réfléchie et l’entreprise perd donc en flexibilité et en adaptabilité. A ses yeux, donc, il est préférable d’appliquer la règle des 70 % :

“La plupart des décisions devraient probablement être prises avec environ 70% des informations que vous souhaiteriez avoir. Si vous attendez 90 %, dans la plupart des cas, vous êtes probablement lent.”

Jeff Bezos – lettre aux actionnaires (2016)

A lire aussi : Jeff Bezos a un message pour les entrepreneurs

Le droit à l’échec et à l’erreur

Si l’idée semble plutôt logique, il y a tout de même un point qui risque de coincer : comment savoir avec précision que l’on détient 70 % des informations que l’on est censé avoir ?

La réponse est plutôt simple : à force d’expérience. Diriger une entreprise, ou contribuer à la diriger, ne s’apprend pas forcément sur les bancs de l’université et il faut donc pratiquer pour apprendre.

Mais surtout, la règle appliquée par Jeff Bezos suggère que tout entrepreneur doit accepter la prise de risque, et le droit à l’échec. Du moins si le timing est serré.