Quand un continent caché donne naissance à une nouvelle zone de subduction en Nouvelle-Zélande

Au Sud de la Nouvelle-Zélande, dans la Mer de Tasman, la Terre n’arrête pas de bouger. Pour cause, dans cette zone se trouve la Fosse de Puysegur qui présente la zone de subduction la plus récente de la planète. Dans cette région, la plaque australienne s’enfonce en-dessous de la plaque du Pacifique, créant fréquemment des séismes sous-marins, parfois atteignant les 7,2 sur l’échelle de Richter, comme celui qui a eu lieu en 2004.

Une étude récente s’est intéressée à cette jeune zone de subduction et les résultats ont montré comment elle s’est formée. Au cours de ces derniers millions d’années, une partie du continent caché de Zealandia, qui se trouve à la limite entre les plaques du Pacifique et de l’Australie, s’est allongée et transformée de telle sorte que la croûte océanique plus dense s’est mise à s’écraser dessus et à s’enfoncer en-dessous. Ainsi, positionner différents types de croûte les uns contre les autres au niveau d’une limite de plaques préexistante peut mener vers la formation d’une subduction. Selon les scientifiques, cette découverte pourrait aider à expliquer la formation d’autres zones de subduction dans le monde.

Crédits Pixabay

Brandon Shuck, doctorant à l’Université du Texas, à Austin, et premier auteur, explique que les zones de subduction font partie des plus importantes parmi les limites de plaques. Elles sont à la base de la tectonique des plaques donc elles représentent la principale raison pour laquelle les plaques de la Terre bougent.

Un phénomène destructeur

Les chercheurs indiquent que la formation des zones de subduction est jusqu’ici encore mystérieuse puisque ce processus est naturellement destructif. En effet, lorsqu’une plaque océanique s’enfonce en-dessous de la croûte continentale, les roches en surface se tordent, se cassent et se déforment. Pendant ce temps, la plaque océanique s’enfonce dans le manteau et se met à fondre sans laisser de trace. Ainsi, il y a très peu de traces géologiques à étudier.

La zone de subduction dans la Fosse de Puysegur est toutefois assez exceptionnelle puisqu’elle est assez jeune et il est toujours possible d’étudier son histoire géologique. C’est ainsi un site idéal pour en savoir plus sur la formation des zones de subduction. Jusqu’ici, il n’y a encore aucune explication satisfaisante expliquant comment les plaques tectoniques se brisent et commencent le processus de subduction.

L’histoire de la zone de subduction de Puysegur

D’après les données recueillies par les scientifiques, le processus de formation de la zone de subduction de Puysegur a commencé il y a de cela 45 millions d’années lorsqu’une nouvelle limite entre les plaques de l’Australie et du Pacifique a commencé à se former à cause d’une force dénommée extension. Au cours de ce processus, des forces tectoniques tirent sur les deux plaques en les séparant. Face à ce phénomène, la croûte océanique devient plus mince et le magma provenant du manteau se met à sortir à travers les fractures pour former de nouvelles roches.

Selon les résultats de l’étude, il y a eu un paramètre qui a affecté ce processus d’extension, c’est le continent caché de Zealandia qui est une section submergée de la croûte continentale se trouvant autour de la Nouvelle-Zélande et qui a la taille de l’Australie. Zealandia était placé au-dessus de l’extrémité nord de la zone d’extension. Comme la croûte continentale est plus épaisse et est plus susceptible de flotter, les forces d’extension au niveau de la limite des plaques n’ont pas pu briser Zealandia. La croûte continentale s’est tout simplement allongée, formant une zone mince connue sous le nom de Solander basin.

Il y a 25 millions d’années, l’histoire continue avec un certain mouvement tectonique. A ce moment, la limite entre les plaques du Pacifique et de l’Australie s’est arrêtée de s’écarter. Mais la plaque du Pacifique s’est mise à aller vers le sud tandis que la plaque de l’Australie a bougé vers le nord. Ce mouvement opposé a transporté la croûte océanique de la plaque australienne près du Solander basin de la plaque du Pacifique. Selon Shuck, c’était la clé de la formation de la subduction. La croûte continentale est moins dense que la croûte océanique, ce qui a permis à la plaque australienne de glisser en-dessous de la plaque du Pacifique.

Malgré cette découverte, les scientifiques ont indiqué qu’il y avait encore de nombreuses questions sans réponses concernant la faille qui se trouve au sud de la Nouvelle-Zélande. Les recherches vont ainsi continuer dans la zone pour essayer de percer les secrets de la subduction.

Mots-clés géologie