Contrat JEDI : L’affaire est suspendue jusqu’au 17 août

Vous rappelez-vous du contrat JEDI ? Ce contrat avec le Pentagone avait fait couler bien d’encre sur la toile. En guise de rappel, le contrat JEDI, pour Joint Enterprise Defense Infrastructure, est un contrat de cloud computing d’une valeur de 10 milliards de dollars qui devrait à permettre aux militaires de disposer d’un meilleur accès aux données et à la technologie à partir d’emplacements distants.

Après une lutte acharnée entre Microsoft et Amazon, Google s’étant de plein gré retiré de la liste des participants, le Pentagone a attribué le contrat à Microsoft bien qu’Amazon ait été considéré comme étant le favori dans cette course. Mauvais perdant ou simplement rancunier, Amazon a intenté une action en justice pour protester contre la décision du Pentagone.

Une vue aérienne du Pentagone

Crédits Pixabay

Alors que l’affaire semblait pliée d’avance, un juge américain a rendu un avis le samedi 7 mars 2020 alléguant que la requête d’Amazon n’était pas complètement infondée et même qu’il pouvait revenir dans la course.

Amazon peut encore espérer remporter le contrat à 10 milliards de dollars

En effet, le 7 mars, la juge Patricia E.Campbell, a déclaré qu’Amazon avait avancé un argument clé dans sa plainte. Elle a ainsi relevé « le bien-fondé de son argument selon lequel le DOD avait incorrectement évalué » le stockage de données de Microsoft dans son évaluation de prix. Amazon a effectivement argué que le scénario proposé par Microsoft n’était pas « techniquement réalisable ».

Mais après cela, Reuters nous informe que le Pentagone avait demandé au juge de renvoyer le contrat aux militaires pour qu’ils puissent reconsidérer leur évaluation des aspects techniques du scénario controversé et qu’ils fassent un examen plus approfondi. Le Pentagone a également ajouté que cela lui donnerait « la possibilité de reconsidérer la décision d’attribution en cause à la lumière des allégation » d’Amazon.

Le Pentagone va-t-il confirmer ou infirmer sa décision ?

Et selon les informations de Reuters, la juge américaine a répondu favorablement à cette requête du Pentagone le vendredi 17 avril 2020. Elle a ainsi ordonné une suspension de l’examen de l’affaire jusqu’au lundi 17 août 2020, mais a toutefois indiqué que cette échéance pourrait être prolongée ou raccourcie selon la durée de l’examen.

Par ailleurs, le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a rejeté les allégations d’Amazon, affirmant que le Pentagone avait fait son choix équitablement et sans influence extérieure, en référence à l’accusation portée par le PDG d’Amazon, Jeff Bezos selon laquelle le président des États-Unis, Donald Trump, en personne aurait influencé sur la décision du Pentagone pour que le contrat JEDI ne tombe pas entre les mains d’Amazon. Chose possible si l’on prend en considération que Donald Trump et Jeff Bezos n’ont jamais vraiment été sur la même longueur d’onde.