Contre l’avis des scientifiques, plus de statut d’espèce protégée pour le loup gris aux Etats-Unis

Jusqu’à il y a peu, le loup gris bénéficiait aux États-Unis d’un statut d’espèce protégée, en raison des menaces pesant sur sa survie. Jeudi dernier, l’administration américaine a en effet décidé de supprimer la protection fournie à cette espèce emblématique de loup.

Il fait savoir que le loup gris fut une espèce assez crainte aux États-Unis dans les années 1930. Ce qui a conduit l’administration d’alors à mettre en place divers programmes visant à contenir reproduction de l’espèce, notamment en empoisonnant les loups gris, en les piégeant, out tout simplement en les chassant. Et cela a tellement bien marché qu’au final, les loups gris sont devenus une espèce en voie d’extinction.

Crédits Pixabay

Heureusement, grâce à la loi concernant les espèces en voie d’extinction et l’inscription de l’espèce sur la liste en 1974, elle a pu être sauvée. Maintenant, l’administration américaine a décidé qu’il est grand temps de revoir sa position et de procéder à la reclassification du statut du loup gris.

Une décision contre laquelle les scientifiques et autres défenseurs des animaux s’insurgent. Il semblerait en effet que la survie de ce prédateur soit toujours fonctionnellement menacée, malgré l’augmentation de la population, enregistrée ces dernières années.

Le gouvernement américain avance une explication à sa décision

Le retrait du loup gris dans la liste des espèces menacées est une décision mûrement réfléchie d’après David Bernhardt, secrétaire à l’Intérieur. Il a également affirmé que cette action montre son implication par rapport à la conservation des espèces.

Selon le Département de l’Intérieur, la population de loups gris atteint actuellement plus de 6 000 individus dans chaque État (48 Etats sur 50). Ce nombre dépasserait les prévisions de rétablissement de l’espèce précédemment indiquées.

La gestion de la population de loups sera donc mise sous le contrôle de chaque État. Ce qui ouvre de nouveau la voie à la chasse et au piégeage de l’espèce, selon les inquiétudes des scientifiques et des spécialistes de la conservation.

Une décision qui soulève finalement l’indignation de… tout le monde

La décision du gouvernement est ainsi activement débattue. La porte-parole d’Earthjustice, Kristen Boyles a notamment déclaré que la reconstitution des loups n’est pas encore achevée. Ainsi, les loups gris n’occuperaient aujourd’hui que 15 % de leur ancien habitat et leur nombre reste insuffisant pour permettre une survie à long terme, rajoute les écologistes.

Jane Goodall, une chercheuse britannique, s’est également révoltée dans une vidéo, s’inquiétant du futur sort de ces animaux, tandis que d’autres spécialistes, comme ceux du Fish ans Wildlife Service, contestent les explications motivant cette décision fournies par l’administration Trump.

Et la liste est encore longue puisque le retrait des loups gris de la liste des espèces protégées outre-Atlantique a également indigné près de 1,8 million de citoyens américains et 86 membres du Congrès. Une lettre exigeant la reconsidération de cette décision a d’ailleurs été émise par près de 100 chercheurs.

Maintenant, on attend de voir ce où tout cela va finalement mener.

Mots-clés fauneloup