La Corée du Nord s’intéresse aussi beaucoup au Bitcoin

La Corée du Nord compte de nombreux hackers et ces derniers semblent s’intéresser beaucoup au Bitcoin en ce moment. Les spécialistes de la sécurité de FireEye ont publié un rapport démontrant que des hackers à la solde du régime de Kim Jong-un ont pillé plusieurs portefeuilles.

Entre les mois de mai et juillet de cette année, les experts en sécurité de la compagnie ont ainsi relevé trois cyberattaques avec le même mode opératoire sur des places de Bitcoin sud-coréennes.

Bitcoin

Les travailleurs recevaient un email piégé qui faisait référence à un sujet de finance ou de fiscalité. L’objectif des pirates était d’installer le Peachpit, un malware utilisé par un groupe de hackers en collaboration avec Kim Jong-un et ses nombreux soutiens.

La Corée du Nord est-elle vraiment coupable ?

Au mois d’avril dernier, ces hackers ont piraté quatre gros portefeuilles sur le marché Yapizon, subtilisant ainsi 3816 bitcoins, l’équivalent de neuf millions d’euros.

Le lien avec la Corée du Nord dans cette affaire de subtilisation de bitcoins n’est pas vraiment évident, mais cette hypothèse présente tout de même des probabilités à ne pas écarter. Kaspersky a d’ailleurs affirmé, au mois d’avril, que les hackers du groupe Lazarus étaient à l’origine des arnaques de faux virements Swift.

Ce groupe infecterait aussi des machines pour installer des logiciels de minage Minero. Selon le directeur technique de FireEye, David Grout, les fraudes en milieu bancaire deviendraient plus compliquées à faire et les tentatives pour les pénétrées sont vite décelées.

Ce qui n’est pas le cas des acteurs de cryptomonnaie qui sont faciles à attaquer en raison de la sécurité qui n’est pas assez efficace.

Les cryptomonnaies, une méthode facile et rapide pour blanchir des fonds

L’échange de cryptomonnaie est une cible facile pour les pirates. Il est ainsi logique qu’un régime en décadence économique s’intéresse de près à ces échanges. De plus, les stratégies de blanchiment sont nombreuses et le Bitcoin a une valeur élevée alors que le fonctionnement de cette cryptomonnaie en lui-même est assez opaque pour la plupart des gens.

Les échanges effectués entre les portefeuilles sont transparents.

Toutefois, ce qui s’y cache derrière reste inconnu. Kevin Mitnick, un hacker bien connu, préconise de faire circuler des fonds virtuels par des mixers pour brouiller les pistes. Les hackers n’auront ensuite plus qu’à transformer la cryptomonnaie blanchie en argent réel auprès d’un service d’échange qui ne se soucie pas l’identité des personnes procédant l’échange.

Mots-clés bitcoinpolitique