Coronavirus : les robots chinois capables d’effectuer 4000 tests PCR par jour sont fonctionnels dans l’AP-HP

Le 11 mai 2020, une conférence de presse s’est tenue dans l’ancien hôpital de Broussais situé dans le 14e arrondissement de Paris, rapporte 20 Minutes. L’événement a été organisé dans le but de partager des informations sur le fonctionnement d’une machine automatisée capable de réaliser des milliers de tests PCR en une seule journée.

C’est trois fois plus que la capacité de production d’une machine traditionnelle.

Crédits Pixabay

Le gouvernement français par l’intermédiaire de la direction générale de la santé en a acheté vingt modèles à la société chinoise MGI qui appartient au groupe BGI (Beijing Genomics Institute). L’investissement qui remonte à deux mois a pour but de rendre le dépistage du COVID-19 plus simple, plus rapide et plus fiable.

Les machines vont permettre à la France d’atteindre ses objectifs de réaliser au moins 700 00 test virologique par semaine.

Des robots chinois robustes

Les machines MGISP-960 en provenance de Chine vont extraire plus rapidement les acides nucléiques dans les échantillons à analyser.

D’après les explications de Jacques Fourgeot, biologiste au sein de l’hôpital Necker, auparavant, seuls 8 prélèvements pouvaient être effectués simultanément.

Avec l’arrivée de cette technologie de pointe qui fonctionnera 24 heures sur 24 du lundi au dimanche, il est possible d’en faire 96 en même temps. Cette stratégie de dépistage massive va aider à réduire le temps d’identification des nouveaux cas de coronavirus et de prendre le plus tôt possible les mesures nécessaires vis-à-vis des personnes contaminées.

Beaucoup de monde s’y intéresse

En dehors des journalistes, des personnalités publiques à l’instar du préfet de la région d’Île-de-France, du préfet de Paris et du directeur général de l’Agence Régionale de Santé Île-de-France ont assisté à la conférence.

Le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch et l’adjointe à la Maire de Paris responsable des questions relatives à la Santé et aux relations avec l’AP-HP, Anne Souyris,  ont également tenu à honorer la conférence de leur présence.

Selon Martin Hirsch, deux exemplaires du robot sont arrivés à l’AP-HP dimanche 12 avril 2020. L’hôpital n’a pas toutefois utilisé les matériels avant le 8 mai dernier, jour où toutes les informations nécessaires pour la mise en marche des dispositifs ont été transmises.

Les équipes avaient également besoin de temps pour recruter et former les professionnels qui vont travailler avec la machine. Pour sa part, le directeur de l’ARS, Aurélien Rousseau, a fait part de sa conviction quant à l’utilité des nouveaux équipements pour le déconfinement.

Mots-clés Coronavirustest