Coronavirus : Facebook enregistre une baisse de ses ventes publicitaires malgré une hausse du taux de fréquentation sur sa plateforme

Facebook a indiqué la semaine dernière que même si de plus en plus d’utilisateurs passent plus de temps sur son réseau social en raison du confinement lié au coronavirus, cette épidémie avait fortement réduit ses ventes publicitaires, qui représentent pourtant la quasi-totalité des revenus de la plateforme numérique.

Dans un communiqué rapporté par Reuters, la société déclare : « Nous ne monétisons pas la plupart des services dans lesquels nous constatons un engagement accru, et nous avons constaté un affaiblissement de notre activité publicitaire dans les pays qui prennent des mesures agressives pour réduire la propagation du Covid-19. »

Crédits Pixabay

Concrètement, si le taux de fréquentation de la plateforme a enregistré une hausse de 8,7%, ses parts publicitaires ont, quant à eux, chuté d’environ 1%.

Les annonceurs préfèrent être prudents

Pourtant, en dehors du secteur publicitaire, Facebook n’a enregistré que des hausses. Par exemple, l’entreprise a affirmé que l’utilisation de ses services de messagerie s’est accrue de plus de 50% au cours du mois de février dans la plupart des pays les plus fortement touchés par la maladie. De plus, les appels de groupe avec trois participants ou plus ont connu une augmentation de plus de 1.000% par rapport au mois dernier. En Italie, en particulier, les utilisateurs ont passé 70% de temps de plus sur ses applications.

Néanmoins, Facebook a refusé de préciser lequel de ses marchés avait été le plus profondément touché par les impacts du coronavirus ni quelle est l’ampleur de ces impacts. D’après Reuters, le fait est que « de nombreux annonceurs ont réduit leurs budgets marketing pour limiter les coûts en raison de l’incertitude liée au virus »

Les réseaux sociaux revoient aussi leurs chiffres d’affaires à la baisse

D’autres hésitent à promouvoir le pays au regard de la crise sanitaire actuelle, par peur d’associer leurs marques à ce sujet sensible et de faire, au contraire, de la mauvaise publicité. D’autant plus que Facebook a interdit les publicités sur les masques et autres produits médicaux sur sa plateforme.

Mais Facebook n’est pas le seul à déplorer que cette pandémie mette à mal ses prévisions de revenus. Si la majorité des entreprises technologiques se sont déjà résignées, Twitter a, de son côté, également mis une croix sur ses perspectives de revenus au premier trimestre.

Malgré, outre cet aspect financier, Facebook et Instagram ont récemment pris l’initiative d’abaisser la qualité de leurs vidéos sur le réseau européen afin de permettre aux travailleurs à domicile de travailler dans les meilleures conditions possibles.

Mots-clés facebook