Coronavirus : un huitième cas confirmé aux Etats-Unis, le Pentagone instaure des logements de quarantaine

Le samedi 1er février 2020, les autorités américaines de la santé ont confirmé un huitième patient atteint de coronavirus. Une porte-parole des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a déclaré dans un communiqué que le dernier patient se trouve dans le Massachusetts et qu’il revient depuis peu d’un voyage dans la province chinoise de Hubei. Or, c’est justement dans cette province et plus précisément dans sa capitale, Wuhan, que se trouve l’épicentre de l’épidémie.

Ce dimanche matin, la chaîne de télévision publique CCTV a annoncé que le coronavirus a fait jusqu’ici 304 morts en Chine tandis que plusieurs cas confirmés de patients contaminés par le virus ont été signalés dans 27 autres pays.

Une vue aérienne du Pentagone

Crédits Pixabay

Voulant prévenir à toutes éventualités, le Pentagone a déclaré qu’il fournirait un logement aux personnes en provenance de l’étranger qui pourraient être mises en quarantaine.

Les États-Unis ferment les frontières aux étrangers qui se sont récemment rendus en Chine

Comme le rapporte Reuters, le coronavirus est issu d’un marché de Wuhan ayant fait le commerce illégal d’espèces sauvages.

Les inquiétudes des États-Unis concernant la propagation de ce virus ont incité l’administration Trump à déclarer une urgence de santé publique et à interdire l’entrée aux États-Unis aux ressortissants étrangers qui ont récemment visité la Chine.

Par ailleurs, les citoyens américains qui se sont rendus à Hubei au cours des deux dernières semaines seront soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours, qui selon les responsables, correspond à la période d’incubation du virus. Les Américains ayant visité d’autres parties de la Chine continentale devront également passer par un dépistage spécial, qui pourra être suivi de 14 jours d’ « autoquarantaine surveillée ».

Le Pentagone a alloué des installations militaires pour garder en quarantaine les potentiels porteurs du virus

En outre, le Pentagone a annoncé dans un communiqué de presse paru le samedi 1er février 2020 que le secrétaire à la Défense, Mark Esper, avait approuvé une demande d’assistance faite par le Département de la Santé et des Services sociaux (HHS). Ce dernier avait effectivement demandé au Département de la Défense (DOD) de fournir des hébergements pour au moins 250 personnes susceptibles d’être à risque dans des chambres individuelles jusqu’au samedi 29 février 2020.

Le Pentagone a ainsi sélectionné quatre installations militaires à cet effet dont deux se trouvent en Californie, une au Colorado et la quatrième est située au Texas. Toutefois, le Pentagone a clairement précisé que :

Le personnel du DOD ne sera pas directement en contact avec les évacués et les évacués n’auront accès à aucun emplacement de base autre que leur logement assigné.

Les mises en quarantaine ont déjà commencé

Plus tôt cette semaine, près de 200 Américains ont été évacués de Wuhan et furent confinés dans une base aérienne militaire en Californie pour 72 heures d’examens médicaux. Ils ont également été placés en quarantaine obligatoire de 14 jours depuis le vendredi 31 janvier 2020.

Malgré toute cette agitation, Heather Swift, porte-parole du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), a déclaré que la norme qu’allaient appliquer les autorités locales et l’État serait la même, à savoir que :

Tous les passagers qui reçoivent un dépistage positif des symptômes du coronavirus seront placés en quarantaine. Ceux qui ne présentent aucun symptôme seront renvoyés chez eux en autoquarantaine.

Jusqu’ici, l’OMS estime qu’il y a environ 12.000 personnes infectées par le virus dans le monde. La majorité des patients se trouvent en Chine et un peu plus de 130, ailleurs.