Coronavirus : un joueur de Pokémon GO appréhendé par la police dans une Italie confinée

En Italie, devenue la nation la plus touchée par la pandémie de coronavirus Covid-19, un homme de 31 ans a été appréhendé par les autorités alors qu’il s’adonnait à une partie de Pokémon GO. Une activité n’appartenant ainsi clairement pas à la liste des exceptions autorisées.

Ce n’est pas la première fois que Pokémon GO, et les actes d’incivilité découlant de sa pratique, pose problème aux autorités. Depuis le lancement de l’application, celle-ci a notamment permis à un certain nombre de personnes jusqu’ici fermées au monde à apprécier l’environnement extérieur.

Triche Pokémon Go

Crédits Pixabay

Ce qui est devenu une habitude pour de nombreux joueurs fait aujourd’hui l’objet d’une interdiction dans plusieurs pays du monde où des mesures de confinement ont été prises. L’Italie, où le taux de mortalité liée au coronavirus Covid-19 a dépassé celui de la Chine, fait logiquement partie des territoires concernés.

Confinement en Italie : plus de 43 000 personnes verbalisées

À une époque encore toute récente où le monde commençait à apprendre à lutter de concert contre la maladie, Niantic Labs avait communiqué sur plusieurs décisions visant à inviter les joueurs de Pokémon GO à limiter leurs sorties. À l’heure actuelle, la question ne se pose plus en Italie où le confinement est désormais de rigueur.

Il n’est ainsi plus possible de sortir de son domicile sauf exception, comme aller faire ses courses ou pour raison médicale.

Le site Comic Book rapporte que ces mesures n’ont pas été respectées, entre autres, par un joueur de Pokémon GO. Cet homme de 31 ans était visiblement en train de chasser des monstres de poche avec sa fille quand les forces de l’ordre sont venues à sa rencontre.

Même en possession d’une attestation, ce père de famille n’aurait pas été en règle avec la loi puisque son déplacement ne présentait pas un caractère vital. On ignore quelles vont être les conséquences de son geste, en prenant en compte le fait qu’outre lui-même, l’homme a mis son enfant en danger.

Si l’on peut penser que la France compte un sérieux lot de contrevenants en la matière, il apparaît qu’en Italie, déjà plus de 43 000 personnes ont été verbalisées pour avoir manqué aux mesures de confinement en vigueur.