Coronavirus : Un sénateur interpelle les entreprises de transport et de livraison pour assurer une sécurité financière à leurs employés

Plus tôt dans le mois, TechCrunch nous a rapporté que le sénateur américain Mark Warner a envoyé des lettres aux entreprises de transport Uber et Lyft ainsi qu’aux entreprises de livraison de nourriture Instacart, Postmates, Grubhub et DoorDash pour solliciter leur bienveillance à l’égard de leurs employés impactés directement ou indirectement par le coronavirus.

En effet, actuellement, plusieurs sociétés ont préféré mettre en suspens leurs activités pour éviter tout risque lié à la propagation de l’épidémie. Or, cette suspension peut porter préjudice financièrement aux employés, en particulier pour les travailleurs malades ou qui doivent s’auto-mettre en quarantaine.

Un livreur uber Eats

Crédits Unsplash

Bien que certains géants de la technologie comme Microsoft, Facebook, Google et Amazon aient déjà pris la décision d’assurer une rémunération continuelle à leurs employés occasionnels affectés par cette crise sanitaire, d’autres ne suivent pas encore le mouvement.

Mark Warner veut que le coronavirus ne nuise pas aux finances des travailleurs

Dans ses lettres, le sénateur attire l’attention des sociétés sur le fait qu’il est nécessaire qu’elles « donnent l’exemple en s’engageant à ce que l’incertitude économique ne dissuade pas leurs travailleurs de suivre les conseils de santé publique » pendant la lutte contre le Covid-19. Pour éviter cela, Mark Warner leur a émis deux propositions.

La première enjoint les entreprises à créer un fonds spécial dédié aux travailleurs qui souhaiteraient prendre un congé pour se faire tester ou s’auto-mettre en quarantaine. Quant à la seconde proposition, elle demande aux sociétés de payer continuellement le salaire des travailleurs, même si ces derniers sont dans l’incapacité de travailler durant leurs heures normales. Le sénateur justifie ces mesures en ce que, selon lui, « une urgence sanitaire pour laquelle ils n’ont aucune responsabilité ne devrait pas imposer une charge financière indue aux travailleurs et à leurs familles ».

Uber et Lyft affirment qu’elles sont sur le coup

Au vu de cette requête du sénateur Mark Warner, Uber a déclaré à TechCrunch qu’elle était en train d’explorer des solutions pour indemniser les chauffeurs affectés par le coronavirus. Un porte-parole d’Uber assure, par ailleurs, que l’entreprise dispose d’ « une équipe mondiale dédiée, guidée par les conseils d’un expert et conseiller en santé publique et d’organisations de santé publique travaillant pour répondre au besoin dans chaque marché où nous opérons dans le monde. »

Ce porte-parole ajoute également que :

Cette équipe étudie la possibilité de dédommager les conducteurs, qui ont été mis en quarantaine ou diagnostiqués positifs au coronavirus, que ce soit de manière indépendante, via un fonds ou en partenariat avec des sociétés homologues. Nous tiendrons le sénateur au courant de nos plans et répondrons directement à sa lettre.

De son côté, un représentant de Lyft a indiqué que la société saluait le leadership du sénateur et se concentre « sur la prise de mesures appropriées » tout en planifiant « activement de multiples scénarios ». Cette société de transport se dit également prête à coordonner ses efforts « avec les représentants du gouvernement » sans pour autant faire allusion à une compensation potentielle de ses conducteurs.

Les entreprises de livraison de nourriture préfèrent miser sur les mesures de prévention de la maladie

Pour sa part, Instacart a déclaré collaborer avec les autorités locales et nationales pour s’assurer que l’entreprise fonctionne en toute sécurité. Un porte-parole de l’entreprise a aussi affirmé à TechCrunch que l’entreprise « prend les mesures de précaution appropriées pour assurer la sécurité des équipes, des acheteurs et des clients ».

Chez DoorDash, un porte-parole affirme qu’un groupe de travail se penche activement sur l’élaboration et la mise en œuvre « d’une stratégie globale pour protéger la sécurité » de toute la communauté et que l’entreprise continuera de « fournir les dernières directives de santé publique aux consommateurs, Dashers et commerçants ». L’entreprise rappelle également l’existence de sa « fonction d’instructions de livraison » qui permet aux clients dans les zones touchées par le coronavirus de demander aux livreurs de déposer la nourriture à la porte ou à un autre endroit pris par photo et envoyé via l’application.

Quant à Postmates, la société vient également de mettre en place des options de livraison sans contact et affirme qu’elle continuera de partager l’évolution des directives des Centers for Disease Control and Prevention avec ses travailleurs tout en élaborant des options pour investir dans le bien-être de sa « main-d’œuvre flexible ». Pour finir, GruhHub affirme également qu’il se concentre sur la santé et la sécurité de ses chauffeurs, clients et restaurants partenaires. Dans un communiqué, un porte-parole de l’entreprise a fait part de l’enthousiasme de l’entreprise de travailler avec le sénateur sur ces questions importantes.

Mots-clés CoronavirusCovid-19