Counter Strike : une ancienne joueuse pro condamnée à 116 ans de prison

Une ancienne joueuse pro de Counter Strike a fait l’objet d’une condamnation à 116 ans de prison. Accusée de fraude, elle pourrait toutefois ne pas purger cette peine en raison du système juridique de son pays, le Brésil.

Shayene «shAy» Victorio a fait ses débuts dans Counter Strike en 2008. Devenue rapidement une joueuse pro, elle a ouvert une boutique dédiée au célèbre jeu de tir à la première personne multijoueur de Valve et Sierra Studios en 2013. Malheureusement, celle-ci a dû fermer ses portes 4 ans plus tard, c’est-à-dire en 2017. shAy ne commercialise plus d’articles en lien avec Counter Strike depuis ce moment, mais cela n’empêche pas les autorités de revenir en arrière pour reconsidérer les plaintes déposées par certains clients.

Une manette de gamer.

Crédits Pixabay

Nous apprenons ainsi aujourd’hui par le biais de Kotaku.com que la jeune femme vient d’être condamnée à 116 ans de prison.

Selon ce média, la condamnation est due au fait que 118 clients n’avaient pas reçues les articles qu’ils avaient commandés.

Une sentence qui risque de ne pas être appliquée

Toujours d’après Kotaku, bien que Shayene Victorio ait été condamnée, elle n’a pas encore été arrêtée ni fait l’objet d’une garde à vue en raison du système juridique brésilien. Elle pourra bien évidemment faire appel de ce jugement, mais au cas où elle perdrait, elle commencera à purger sa peine d’emprisonnement.

L’iPhone 11 64 Go à 699 € chez Rakutenen savoir plus

Toutefois, comme la peine d’emprisonnement au Brésil ne peut pas excéder 30 ans, l’ancienne joueuse pro de Counter Strike pourrait donc sortir plus tôt que prévu. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas encore, Victorio a pris sa retraite en 2019 avec Counter-Strike: Global Offensive. Elle exerce actuellement un travail de streameuse et d’influenceuse sur les réseaux sociaux.

Une condamnée qui reste en liberté

En dépit de cette condamnation à 116 ans de prison, la joueuse continue de sévir sur la Toile. Récemment, elle a par exemple déclaré sur Instagram ne pas avoir l’intention de fuir tout en affirmant qu’elle demeure libre et qu’elle ne sera pas arrêtée. Selon shAy, c’est son ex qui est responsable des manquements aux commandes des clients. Ce dernier se serait d’ailleurs déjà déclaré coupable. Histoire à suivre…