COVID-19 : Attention, la courbe de progression de la maladie pourrait rapidement s’inverser, préviennent ces chercheurs

Afin d’essayer de maîtriser cette pandémie de COVID-19, les mesures de distanciation sociale (incluant le confinement) se sont révélées efficaces et nous pouvons voir que grâce à celles-ci, la situation s’est stabilisée. Néanmoins, les chercheurs du LANL (Los Alamos National Lab), au Nouveau-Mexique, nous mettent en garde.

Selon ces derniers, si la courbe d’infection au COVID-19 s’est rapidement aplatie, la situation pourrait encore rapidement s’inverser. En effet, en reprenant les activités et en mettant fin au confinement, les efforts consentis afin de lutter contre la propagation du COVID-19 seraient perdus en un rien de temps.

Capture d’image

Les conclusions des études de cette équipe de chercheurs ont été publiées sur medRxiv, un serveur de pré-impression. Et comme il est de coutume pour ce genre d’étude, les conclusions de ces travaux de recherche sont à prendre avec le recul nécessaire.

De l’efficacité des mesures de distanciation sociale

Ethan Romero-Severson, le principal auteur de ces études et membre de l’équipe de biologie théorique et de biophysique de LANL, a partagé son avis personnel. Selon ce dernier, les méthodes de prévention appliquées dans le monde fonctionnent.

Toutefois, vu que la prévalence de COVID-19 peut très rapidement grimper sans ces méthodes de prévention, et il faut rester vigilant, quand ces dernières sont sur le point d’être modifiées.

D’après cette étude, on peut voir que les mesures non-pharmaceutiques mises en place afin d’empêcher la propagation de la pandémie ont clairement débouché sur un aplanissement de la courbe. En effet, sur 51 pays, le taux de transmission du COVID-19 a diminué dans 21 d’entre eux. Et ces chiffres se basent sur les données récoltées jusqu’au 16 avril 2020.

La prévention d’une pandémie ne suivra jamais le rythme de sa propagation

Toutefois, même si les mesures de distanciation sociale sont efficaces, elles ne suffisent pas pour réduire les infections. Et c’est une asymétrie que les chercheurs soulignent.

De fait, la signalisation de nouveaux cas positifs nécessite jusqu’à deux semaines, tandis que les modifications politiques doivent se faire petit à petit, si elles doivent avoir lieu et le rythme ne peut pas suivre.

La solution supplémentaire que proposent ces chercheurs est la mise en place de tests généralisés, afin de détecter plus rapidement les malades du COVID-19. Mais la nécessité de maintenir les mesures de distanciation sociale, au moins par intermittence, est cruciale afin d’éviter un rebond du taux d’infections au COVID-19.