COVID-19: Attention, les criminels s’intéressent eux aussi aux vaccins selon Interpol

Alors que le Royaume-Uni a récemment approuvé l’utilisation du vaccin contre le COVID-19 produit par Pfizer et BioNTech, ce n’est plus qu’une question de jours avant que les États-Unis et probablement l’Union européenne n’en fassent de même.

Et comme vous le savez sûrement, le personnel de la santé de première ligne et les résidents des établissements de soins de longue durée seront les seuls qui bénéficieront des premières doses dans un premier temps. Un choix qui pourrait apparemment conduire à l’émergence d’un trafic d’un genre nouveau.

Photo d’Angelo Esslinger – Pixabay.com

En effet, selon Interpol, la convoitise des personnes voulant être immunisées rapidement sera une occasion en or pour les trafiquants. Ces derniers seront probablement prêts à tout pour mettre la main sur les vaccins afin de les revendre sur le marché noir aux autres catégories de la population qui ne veulent pas attendre, quitte… à payer cher pour s’immuniser. Et cela peut aller beaucoup plus loin prévient l’agence internationale.

Déjà sur ses gardes, Interpol nous alerte de la situation

En premier lieu, les médecins de première ligne et les résidents d’établissement de soins de longue durée seront prioritaires. Suivront ensuite les travailleurs essentiels et les catégories les plus fragiles de la population.

Selon Interpol, les prochaines campagnes de vaccinations pourraient également amener les gens à vouloir également s’immuniser contre la maladie, sans pour autant satisfaire aux conditions édictées pour pouvoir bénéficier d’un vaccin aux premières heures. Quitte à payer le prix fort pour se faire vacciner.

Toujours selon l’agence internationale, cette convoitise ne pourra que titiller l’esprit malveillant des criminels. Ces derniers pourraient dès lors trouver un moyen de subtiliser des doses de vaccins, afin de les vendre sur le marché noir. Mais il y a pire.

En effet, des individus sans scrupules pourraient aussi fabriquer des contrefaçons afin de duper ceux qui souhaitent à tout prix se faire vacciner.

La situation pourrait engendrer plus de mal que de bien

Pour faire face à ces scénarios, Interpol est sur ses gardes et a sonné l’alerte. Et pour que les vaccins arrivent à bon port, diverses mesures, dont le suivi par GPS des produits, seront appliquées indique-t-on.

Jurgen Stock, le secrétaire général d’Interpol, a en outre souligné les risques que peuvent présenter les contrefaçons de vaccins. En effet, portés par la demande qui ira croissant, les criminels pourraient essayer de vendre de faux vaccins, dangereux, voire potentiellement mortels. La vigilance est donc de mise, ajoute Stock.