Covid-19 : d’après le MIT, assouplir trop tôt les mesures de quarantaine aura des conséquences catastrophiques

Presque tous les continents du monde ont dû prendre des mesures draconiennes afin de limiter la prolifération du virus SARS-CoV-2. D’après les statistiques, le confinement a permis aux gouvernements de réduire considérablement le nombre de cas de contamination.

Dans l’intention de jauger l’évolution de la situation, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a élaboré un modèle prédictif de la propagation du COVID-19.

Crédits Pixabay

Notons que les données enregistrées, depuis le début de la crise jusqu’au début mars, ont déjà été utilisées pour prédire le cours des événements à partir du mois d’avril. Basé sur des données directement reliées aux conditions des mesures sanitaires, ce système est indéniablement plus précis.

Les algorithmes mis en place par l’équipe ont permis d’extraire les pics et les plateaux pour chaque pays.

Les simulations informatiques réalisées par les scientifiques ont montré qu’un adoucissement des actions préventives serait catastrophique pour les nations concernées.

Un algorithme d’apprentissage automatique

La majorité des chercheurs ayant établi des modèles de prédiction s’était surtout basée sur des informations en rapport avec les anciennes épidémies historiques, comme le MERS et le SRAS. À la différence de cette approche, l’algorithme d’apprentissage automatique du MIT n’est constitué que d’éléments qui sont propres au COVID-19.

La conclusion des analyses effectuées par les concepteurs du modèle est fondée sur la corrélation entre l’efficacité du confinement et la stabilisation de la pandémie. Afin de regrouper les chiffres qui y correspondent, ils ont utilisé un réseau neuronal mettant en relation le nombre de personnes vulnérables, d’infectés, de guéris et d’individus confinés pour chaque zone étudiée.

Le maintien des mesures de restriction est essentiel

Le plateau d’infection que les États-Unis et l’Italie connaissent actuellement a été intégré par ce modèle. Heureusement, à l’heure actuelle, la prolifération du virus y connaît une certaine stagnation. Quoi qu’il en soit, George Barbastathis, concepteur du modèle et professeur d’ingénierie mécanique du MIT, a recommandé le maintien des mesures établies jusqu’à présent.

D’après les chercheurs, en dépit de la régression de l’effectif des personnes infectées, aucun assouplissement précoce ne devrait se faire, même à court terme. Cela risquerait de mener à une rechute irrécupérable. D’ailleurs, le cas de Singapour constitue un pertinent exemple de cette éventualité.