Covid-19 : découverte d’un porteur asymptomatique qui a répandu le virus pendant 70 jours

Vous l’ignorez peut-être, mais certaines personnes infectées par le virus SRAS-CoV-2 ne présentent aucun symptôme de la maladie. Eh bien ces « porteurs asymptomatiques » inquiètent beaucoup les chercheurs, car ils participent à la propagation de la COVID-19 sans même s’en rendre compte. 

Récemment, une équipe de chercheurs et médecins américains ont découvert l’étrange cas d’une femme de 71 ans qui a été testée positive au Coronavirus, mais ne présentait aucun symptôme.

Crédits Pixabay

Dans un article publié dans la revue Cell, ils ont indiqué qu’elle avait été traitée au plasma pendant quelques semaines. Elle avait guéri, puis de nouveau contracté la maladie (toujours en tant que porteur asymptomatique). Sans le savoir, la dame avait alors répandu le virus pendant 70 jours.

Un cas particulier d’infection longue…   

Les chercheurs ne savent pas quand exactement la patiente a contracté la COVID-19, mais ils avancent que c’était sûrement en février 2020, un peu avant que la pandémie ne devienne incontrôlable. Lorsqu’ils ont effectué des prélèvements de gorge, les médecins ont alors découvert que l’organisme de la malade continuait de secréter des particules infectieuses de SRAS-CoV-2 depuis exactement deux mois et 10 jours, alors qu’elle ne présentait aucun symptôme.

L’étude publiée dans Cell indique qu’il s’agit du « cas le plus long d’une personne infectée activement par le SRAS-CoV-2 tout en restant asymptomatique ». Le phénomène inquiète particulièrement les chercheurs, car il est également indiqué que « le virus infectieux excrété par la patiente serait toujours en mesure d’établir une infection productive chez les contacts lors de la transmission ».

A lire aussi : Covid-19, la seconde vague risque de ne pas être la dernière

L’immunodépression serait-elle en cause ?

Actuellement, l’histoire de cette porteuse asymptomatique est un cas unique que les chercheurs comptent étudier minutieusement dans l’espoir de mieux comprendre le virus, ainsi que la manière dont il infecte les différentes personnes en fonction de leur état de santé.

Il est en effet important de préciser que la patiente souffre de leucémie, et les médecins estiment que son cas « devrait alerter les médecins et les experts de la santé publique sur le fait que les personnes sans symptômes et dont le système immunitaire est affaibli, comme les patients cancéreux, peuvent excréter le virus SRAS-CoV-2 pendant très longtemps. »

« Bien qu’il soit difficile d’extrapoler à partir d’un seul patient, nos données suggèrent que l’excrétion à long terme du virus infectieux peut être une préoccupation chez certains patients immunodéprimés », indiquent les chercheurs dans l’article. Les recherches se poursuivent donc pour essayer de « comprendre le mécanisme de la persistance du virus et de son éventuelle élimination pour fournir un traitement approprié et prévenir la transmission du SRAS-CoV-2. »

A lire aussi : La Vitamine D protège-t-elle réellement de la Covid-19 ?

Mots-clés Covid-19santé