Quand la Covid-19 permet de faire une découverte sur la psychologie des individus

La pandémie de Covid-19 a affecté la santé mentale de millions de personnes à travers le monde. L’isolation, les problèmes financiers dus à la perte d’emploi ou encore la disparition d’êtres chers sont à l’origine de plusieurs troubles psychologiques. Des études scientifiques ont révélé que de nombreuses personnes ont souffert d’anxiété et de dépression durant la pandémie. Certains ont même tenté de mettre fin à leur vie.

Récemment, un groupe de chercheurs commissionnés par le site The Lancet ont mené une étude dans le but de quantifier les effets psychologiques de la pandémie. Ces scientifiques viennent des universités Simon Fraser, de Stanford et de Colombie britannique. En analysant les données qu’ils avaient en leur possession, ils ont été surpris de voir que les effets psychologiques de la Covid-19 ne duraient pas aussi longtemps que prévu.

Un homme se tenant le visage dans les mains
Image par StockSnap de Pixabay

Grâce à cette étude, ils ont pu mettre en avant ce que les experts appellent le « système immunitaire psychologique. »

A lire aussi : Covid-19 : une découverte encourageante en Pologne

Une situation qui va en s’améliorant

Les chercheurs ont passé en revue près de 1000 études qui ont examiné des centaines de milliers de personnes. Notons que ces travaux ont été menés dans près de 100 pays différents. En faisant cela, ils voulaient mesurer toutes les variables liées à la santé mentale (l’anxiété, la dépression et les morts par suicide).

Les auteurs de cette étude se sont également concentrés sur deux types de preuves complémentaires. Ils ont d’abord pris en compte les sondages qui ont analysé des groupes de personnes comparables, avant et pendant la pandémie. Ensuite, ils ont analysé les résultats des études qui ont suivi ces mêmes individus au fil du temps.

A lire aussi : Covid-19 : Si vous ne vous faites pas vacciner, vous êtes potentiellement une “usine à variants”

Des travaux qui montrent la résilience de l’être humain

Dans un premier temps, les chercheurs ont noté une hausse globale des personnes souffrant d’anxiété et de dépression entre mars et avril 2020. Cette période correspond au début de la pandémie. Cependant, durant l’été, ils ont observé une baisse progressive des cas de dépression, d’anxiété et de détresse.

Ils ont alors été surpris par la capacité des individus “à surmonter les défis psychologiques de la pandémie.” Selon eux, cela est dû à ce que les experts appellent le « système immunitaire psychologique. » Pour faire simple, il s’agit d’un ensemble de capacités cognitives qui nous “permet de faire de notre mieux, même dans la pire des situations.” Pour les auteurs de cette étude, cela prouve la résilience de l’être humain ainsi que sa grande capacité d’adaptation.

« Nous avons appris que les gens peuvent supporter des changements temporairement dans leur mode de vie mieux que certains décideurs veulent nous faire croire », ont-ils écrit.