Covid-19 : des chercheurs ont développé un outil pour mieux distinguer les patients à risque

En attendant de trouver des solutions de traitement vraiment efficaces contre le Coronavirus COVID-19, un groupe de chercheurs du National Institute for Health Research (NIHR) et de l’UK Research and Innovation (UKRI) sont parvenus à mettre au point un outil d’identification des patients à risque.

Développé par le Consortium ISARIC de caractérisation clinique du coronavirus, l’outil a été spécialement développé pour aider à un meilleur traitement des personnes touchées par le coronavirus, en permettant justement d’évaluer le risque de COVID-19 chez les patients.

Crédits Gerd Altmann – Pixabay.com

Comme l’explique le Dr Stephen Knight, co-auteur principal et chercheur clinique NIHR à l’Université d’Édimbourg, dans un entretien rapporté par le National Health Executive : « cet outil d’identification des risques précis et simple, applicable à tous les groupes de la société, aidera à détecter rapidement les personnes à risque à leur arrivée à l’hôpital. […] nous serons en mesure de rassurer et éventuellement de traiter à domicile les patients appartenant au groupe à faible risque. »

Le fruit d’une vaste étude au Royaume-Uni

Dans un article récemment publié dans le British Museum Journal, les chercheurs ont indiqué que l’outil a été développé grâce à des données récoltées dans 260 établissements de santé à travers l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Écosse : entre février et mai 2020, les chercheurs ont récolté les informations cliniques et les tests effectués sur 35 000 personnes hospitalisées à cause du COVID-19.

Age, sexe, nombre d’affections préexistantes, fréquence respiratoire, admission et résultats de tests sanguins… C’est à partir de ces données que le Consortium ISARIC est parvenu à créer un outil capable de prédire le risque (faible ou élevé) de décès chez les patients atteints de la maladie.

À lire aussi : Une enseignante décède du Covid-19 en pleine classe virtuelle

Un outil d’identification simple et pratique

Il s’agit d’une grande première, mais aussi d’une bonne nouvelle pour la communauté médicale : les résultats délivrés par l’outil d’identification devraient en effet aider les médecins à prendre des décisions jusqu’alors difficiles en ce qui concerne le traitement des patients du COVID-19, notamment pour l’admission immédiate des malades à haut risque aux soins intensifs.

Ainsi en fonction des résultats obtenus (à risque ou pas), le personnel médical pourra choisir le traitement le plus approprié pour chaque malade. Par exemple pour ceux qui ne présentent pas de risque, ils pourraient être traités depuis chez eux. Cela permettrait de libérer des places à l’hôpital.

L’outil a déjà été testé avec succès et peut d’ores et déjà compter sur le soutien du gouvernement britannique : « nous sommes impatients de voir comment ce nouvel outil peut aider les cliniciens à cibler plus efficacement les traitements pour les patients atteints de coronavirus admis à l’hôpital maintenant et à l’avenir, sauvant potentiellement d’innombrables vies », a déclaré le ministre de l’Innovation, Lord James Bethell, dans un communiqué.

À lire aussi : Le vaccin russe contre le Covid-19 montrerait des signes d’efficacité