Covid-19 : des injections de rappel dans les 9 à 12 mois suivant la vaccination initiale

Reuters rapporte que les personnes vaccinées contre la Covid-19 pourraient potentiellement avoir besoin d’injections de rappel dans les neuf à douze mois suivant leur vaccination initiale. On fait le point.

Si beaucoup continuent à douter de la gravité de la maladie, les chiffres sont éloquents. La Covid-19 est toujours là et elle fait toujours autant de dégâts au sein des populations. La France ne fait pas exception à la règle. D’après les chiffres communiqués par la Santé publique, la maladie viendrait en effet de franchir le cap des 100 000 victimes.

Crédits Pixabay

Un bilan humain catastrophique, donc, mais il y a tout de même une lueur d’espoir à l’horizon.

La Covid-19, une troisième injection possible ?

Cette lueur d’espoir, ce sont les nombreux vaccins disponibles sur le marché, des vaccins qui nous permettront à terme d’éradiquer la maladie. Comme nous l’avons toujours fait.

Or justement, le Dr David Kessler, le directeur scientifique du groupe de travail consacré à la Covid-19 constitué par Joe Biden, a eu l’occasion de revenir sur le fonctionnement de ces vaccins à l’occasion d’une réunion du comité du Congrès le 15 avril. Reuters rapporte ses propos.

Le chercheur a donc indiqué durant cette réunion que les Etats-Unis se préparaient à la possibilité qu’une injection de rappel soit nécessaire entre neuf et douze mois après la vaccination initiale.

Une maladie qui reviendra tous les ans ?

En effet, pour le moment, nous manquons encore de données quant à la durée de l’immunité procurée par les vaccins disponibles sur le marché. Dans ce contexte, il est fort probable qu’une injection supplémentaire soit nécessaire dans les mois suivant la deuxième dose. Encore plus dans la mesure où de nombreux variants tendent à apparaître au fur et à mesure de l’évolution du virus.

Une vision que partage le PDG de Pfizer, le laboratoire à l’origine de l’un des vaccins utilisés dans la lutte contre la Covid-19. Ce dernier a en effet déclaré selon CNBC qu’une troisième dose de rappel sera “probablement” nécessaire dans les 12 mois suivant la vaccination. Il a également évoqué la possibilité de déployer de nouveaux vaccins tous les ans, comme c’est actuellement le cas pour la grippe.

A noter que Pfizer et BioNTech ont récemment indiqué que leur vaccin était efficace à environ 91 % dans la prévention du virus.