Covid-19 : la perte du goût et de l’odorat peut durer 5 mois après l’infection

La perte du goût et de l’odorat est un des symptômes associés à la Covid-19. Une récente étude révèle que cette manifestation peut persister cinq mois après l’infection.

Les données du Bureau de la statistique nationale britannique (ONS) indiquent que la moitié des malades du coronavirus présentent des symptômes. Entre 16 à 17 % d’entre eux subissent une forme d’anosmie – terme médical pour désigner un trouble de l’odorat. Des chercheurs de l’Université du Québec ont porté une étude sur un échantillon de 813 travailleurs de santé ayant contracté la Covid-19. Plus d’un tiers – soit 38 % – de ceux qui ont développé une anosmie continuaient de souffrir d’une telle trouble cinq mois après avoir contracté le virus. À noter que les participants ont rempli des questionnaires et effectué des tests à domicile pour évaluer leur sens du goût et de l’odorat.

Crédits Gerd Altmann – Pixabay.com

Pour l’heure, les chercheurs sont incapables de dire si l’anosmie peut durer davantage puisque l’étude a été portée sur des patients ayant contracté le virus cinq mois avant l’évaluation. Aucune donnée ne permet donc d’appuyer cette thèse.

Un score moyen de huit sur 10

La Covid-19 reste une maladie assez méconnue. De précédentes recherches mentionnaient la perte du goût et de l’odorat comme étant parmi les symptômes. Le docteur Johannes Frasnelli et son équipe voulaient aller plus loin afin de déterminer la persistance de l’anosmie chez les patients. Ce qui a permis de découvrir que cette manifestation pouvait perdurer même après la guérison.

Les sondés ont évalué leur odorat et leur sens du goût sur une échelle de 0 à 10. Avec zéro signifiant aucune sensibilité et dix un sens très élevé. Les chercheurs ont à cet effet enregistré un score moyen de huit, contre neuf avant l’infection. « Cela souligne l’importance du suivi des personnes qui ont été infectées et la nécessité de poursuivre les recherches pour découvrir l’ampleur des problèmes neurologiques associés à la Covid-19 », a expliqué le docteur Frasnelli.

Une étude qui reste à valider

L’American Academy of Neurology est une convention réunissant chaque année plus de 36 000 spécialistes en neurologie. L’étude dirigée par le docteur Frasnelli sera présentée lors de la 73e édition qui se tiendra en avril prochain. Entretemps, les professionnels de santé militent pour compléter la liste des symptômes officiels associés à la Covid-19. Et pour cause, certains patients présentant des signes bénins croient ne pas avoir contracté le virus et ne prennent aucune mesure de précaution.