Covid-19 : l’hypothèse de l’accident de laboratoire relancée

La Covid-19, ou plutôt le virus qui en est responsable, aurait-elle été créée en laboratoire ? La question divise. Si la plupart des chercheurs sont persuadés que le virus a une origine naturelle, 18 biologistes demandent une nouvelle enquête par le biais d’une lettre publiée dans la revue Science.

La Covid-19 nous accompagne depuis plus d’un an maintenant, et le bilan humain est catastrophique. A l’échelle mondiale, nous avons en effet détecté 161 millions de cas et plus de trois millions de personnes ont perdu la vie des suites de la maladie.

Une chercheuse travaillant en laboratoire
Image par Michal Jarmoluk de Pixabay

En France, la situation semble cependant d’arranger. Le nombre de cas diminue à mesure que la campagne de vaccination avance. Une tendance que l’on retrouve aussi chez nos voisins européens.

La Covid-19, toujours là

Tous les états n’ont malheureusement pas autant de chance. La situation reste en effet critique dans de nombreux pays. Le Brésil, par exemple, connaît un pic important depuis plusieurs semaines, avec une moyenne de 56 000 nouveaux cas toutes les vingt-quatre heures et plus de deux mille morts par jour*. La situation est toute aussi préoccupante en Inde, où sévit un tout nouveau variant. Là-bas, ce ne sont pas moins de quatre mille personnes qui perdent la vie chaque jour*.

Une pandémie qui aura donc laissé dans son sillage des millions de foyers endeuillés… et dont on ne connaît toujours pas l’origine exacte.

L’OMS, de son côté, a bien entendu tenté de faire toute la lumière sur le virus et son origine. L’organisation a ainsi envoyé en Chine une délégation afin de mener l’enquête. Une délégation qui est malheureusement intervenue un peu tard, les premiers cas chinois remontant au mois de décembre 2019, soit plus d’un an avant leur arrivée sur place.

De nombreux pays très touchés

Reste que les recherches menées sur place semblaient aller dans le sens de la théorie la plus communément admise, à savoir que le SARS-CoV-2, le virus à l’origine de la Covid-19, provenait de la chauve-souris.

Théorie qui ne semble pas faire l’unanimité si l’on en croit cette lettre signée par 18 biologistes de renommée mondiale.

Rédigée de la main du microbiologiste David Relman de l’Université de Stanford et du virologue Jesse Bloom de l’Université de Washington, cette lettre critique âprement l’enquête menée par l’OMS.

Une enquête qui, comme nous venons de l’expliquer, suppose que le virus à l’origine de l’une des pires pandémies de notre histoire contemporaine provenait d’une chauve-souris et avait atteint l’homme en passant par un hôte intermédiaire. Une enquête qui précise également que la théorie de l’accident de laboratoire est “hautement improbable”.

L’enquête de l’OMS ne fait pas l’unanimité

Or justement, selon les deux spécialistes et les co-signataires de cette lettre, les conclusions de l’OMS sont un peu trop hâtives. Les chercheurs indiquent ainsi que cette piste ne peut pas être écartée tant qu’elle n’a pas été scientifiquement infirmée.

Ils demandent donc à ce que de nouvelles données soient récoltées afin de faire toute la lumière sur cette sinistre affaire.

Et pour que cela puisse être fait, ils recommandent que les laboratoires et agences chinoises ouvrent leurs dossiers et les transmettent à des entités indépendantes qui pourront mener une nouvelle enquête et déterminer si la Covid-19 a réellement une origine naturelle.

Un appel à une nouvelle enquête

En revanche, les chercheurs stipulent bien qu’ils n’ont aucune preuve que le virus ait été créé de la main de l’homme. Toutefois, d’après eux, le problème, c’est que les données actuelles ne permettent pas d’écarter cette piste, d’autant que ce fameux hôte intermédiaire n’a toujours pas été formellement identifié.

Cela étant, au début de l’épidémie et suite à l’étude du génome, des généticiens avaient indiqué qu’il n’y avait scientifiquement aucune preuve que le virus ne soit pas spontanément apparu chez la chauve-souris et qu’il ne présentait aucune trace de manipulation de la main de l’homme.

Reste que les signataires de cette lettre ne sont pas les seuls à se poser la question puisqu’un chercheur du CNRS a lui aussi émis des réserves en novembre dernier. Réserves dont nous nous étions fait le relai.

* Ces chiffres proviennent du JHU CSSE Covid-19 Data.

Mots-clés Covid-19