Covid-19 : l’immunité durerait plus longtemps chez les femmes

L’INSERM vient de publier un article intéressant portant sur l’immunité développée par les personnes atteintes par la Covid)19. Suite à une étude de longue haleine, il ressort que l’immunité durerait plus longtemps chez les femmes que chez les hommes.

Le monde traverse actuellement une crise sanitaire majeure. Une des pires de son histoire contemporaine.

Crédits Pixabay

à Wuhan en Chine, la Covid-19 s’est en effet répandue à travers le globe, laissant dans son sillage des dizaines millions de morts et faisant des millions de victimes.

Covid-19 : une immunité différente selon le sexe

La France ne fait pas exception à la règle. Le nombre total de cas vient en effet de franchir la barre des 5 millions, et nous approchons progressivement des 100 000 décès.

Pour combattre la maladie, il faut la comprendre. Et c’est précisément ce qui est expliqué dans l’article de l’INSERM. Ce qui passe bien entendu par l’étude de l’immunité développée par les organismes touchés par le virus.

Or justement, l’INSERN indique que les premières études menées ont révélé que si le taux d’anticorps avait tendance à augmenter significativement durant les deux à trois premières semaines consécutives à l’infection, il diminuait ensuite progressivement.

Seul problème, jusqu’à présent, les analyses ont révélé des disparités importantes entre les sujets. Certaines personnes sont ainsi capables de maintenir un taux d’anticorps élevé pendant plusieurs mois, tandis que d’autres perdent leur immunité au bout de quelques semaines.

Or justement, dans son article, l’institut indique qu’une équipe implantée à Strasbourg étudie la cinétique de la réponse humorale depuis le tout début de la pandémie, et donc depuis l’apparition des premiers cas en France. Rappelons que le Grand-Est fait précisément partie des zones les plus touchées de l’hexagone.

Une histoire d’hormones et de gènes

Afin d’y voir un peu plus clair, ces chercheurs ont donc mené une étude de six mois portant sur un groupe composé de 308 personnes ayant présenté une forme légère de la maladie. Après avoir croisé les données de ces patients et procédé à de multiples analyses, ils ont observé que les femmes bénéficiaient généralement d’une protection immunitaire plus performante que celle des hommes :

“Immédiatement après l’infection, le taux d’anticorps anti-Covid-19 est en moyenne inférieur chez les femmes. Mais avec le temps, il suit un déclin qui est généralement moins prononcé chez elles que chez les hommes, quel que soit leur âge ou leur poids.”

Samira Fafi-Kremer – INSERM

L’explication, toujours selon les chercheurs, serait d’ordre hormonal et génétique. Samira Fafi-Kemer explique ainsi que les femmes ont généralement une réponse humorale et cellulaire plus robuste que celle des hommes.

Reste qu’en l’état actuel des choses, les chercheurs appellent à la prudence. Les conclusions de cette étude doivent en effet être confirmées et seules des analyses plus longues et plus poussées nous permettront d’y voir plus clair.